2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 20:35

 

Miguel était (j'écris était) mais je pense est, est encore, est pour toujours, un camarade, un excellent camarade, plein de rudesse et de gentillesse. Comme on a l'habitude de dire : un mec sympa... enfin pas toujours. Surtout, si vous étiez fasciste.

Il venait  de l'émigration capverdienne, d'un monde où le fascisme et le colonialisme étouffa la génération précédente....

Miguel était un syndicaliste militant. Même si l'espèce se fait rare, même si elle n'est plus trop appréciée (l'a-t-elle jamais été ?) dans notre monde. Miguel assumait le fait d'être un militant et non seulement un militant syndical, mais aussi, c'était sa force, c'était sa conscience, un militant anar – pour ceux qui n'aurait pas compris Miguel était un anarchiste libertaire. (Comme disait Léo Ferré : Y en a pas un sur cent, et pourtant ils existent... La plupart fils de rien ou bien fils de si peu qu'on ne les voit jamais que lorsqu'on a peur d'eux... Les anarchistes... Et si vous recommencez le temps des coups de pied au cul, faudrait pas oublier que çà descend dans la rue... Les anarchistes) Je cite de mémoire.

Pour Miguel, pour l'accompagner dans le grand voyage de l'éternité, voici le texte de la chanson de Léo :

Y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent
La plupart Espagnols allez savoir pourquoi
Faut croire qu'en Espagne on ne les comprend pas
Les anarchistes

Ils ont tout ramassé
Des beignes et des pavés
Ils ont gueulé si fort
Qu'ils peuv'nt gueuler encore
Ils ont le cœur devant
Et leurs rêves au mitan
Et puis l'âme toute rongée
Par des foutues idées

Y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent
La plupart fils de rien ou bien fils de si peu
Qu'on ne les voit jamais que lorsqu'on a peur d'eux
Les anarchistes

Ils sont morts cent dix fois
Pour que dalle et pour quoi ?
Avec l'amour au poing
Sur la table ou sur rien
Avec l'air entêté
Qui fait le sang versé
Ils ont frappé si fort
Qu'ils peuvent frapper encor

Y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent
Et s'il faut commencer par les coups d'pied au cul
Faudrait pas oublier qu'ça descend dans la rue
Les anarchistes

Ils ont un drapeau noir
En berne sur l'Espoir
Et la mélancolie
Pour traîner dans la vie
Des couteaux pour trancher
Le pain de l'Amitié
Et des armes rouillées
Pour ne pas oublier

Qu'y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent
Et qu'ils se tiennent bien le bras dessus bras dessous
Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout
Les anarchistes



En un mot comme en cent, Miguel était un type bien et c'est pour çà, que je l'aimais. Et beaucoup.



D'ailleurs, Miguel ne peut pas mourir, car il continue de vivre (Joyeux et toujours debout) et il continuera encore et encore à nous accompagner, nous et tous ceux (de quelque nationalité, de quelque continent, de quelque région, de quelque langue, de quelque couleur...) qui viendront dans le combat pour la dignité humaine, qui est le combat pour la disparition définitive du capital et du capitalisme.

Ora e sempre : Resistenza !

Arrivederci compagno !



Marco Valdo M.I.

Partager cet article

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Articles T.S.E.
commenter cet article

commentaires

Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04