11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 08:37

 

ALBIN,DIDIER

 

Emploi Une étude universitaire en montre l’intérêt

Dans le monde syndical, les résultats de la dernière étude de l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES) de l’UCL et de l’Université de Gand font l’effet d’une douche froide. Pendant trois ans entre 2004 et 2006, des chercheurs ont étudié l’impact du contrôle de la disponibilité des chômeurs auprès des 24-29 ans. En Flandre, il apparaît que la mesure améliore le taux de remise au travail de près de 10 %. On passe d’une moyenne de 35 à une moyenne de 45 %. C’est un peu moins en Wallonie, mais l’impact de l’activation s’établit quand même à une hausse de 6 % du total des retours à l’embauche.

L’étude en déduit que ça marche, quelle que soit la région où le dispositif s’applique. A cette nuance près : un système de contrôle de recherche d’emploi est plus efficace dans un marché du travail où les offres d’emploi sont abondantes. Il n’en faut pas davantage pour faire bondir le permanent interprofessionnel en charge des travailleurs sans emploi de la régionale CSC de Mons-La Louvière. Dans une sous-région du Hainaut où le chômage atteint jusqu’à 30 % de la population comme c’est le cas à Colfontaine, Mathieu Diku s’inquiète des recommandations de cette étude qui plaide pour une accélération des contrôles.

« En plus de 10 ans, nous n’avons pu observer significativement une baisse du chômage dans notre régionale et les chiffres paraissent comme “incompressibles” avec pour conséquence l’établissement progressif de ghettos, de générations de chômeurs. D’autres observations sur la création d’emplois démontrent que ces dernières années, le nombre d’emplois créés à temps plein n’a pas augmenté proportionnellement à la population active et que, si augmentation d’emplois il y a eu, c’est par l’accroissement des contrats précaires (temps partiel, intérim, win-win…). »

Fragilisation

Par ailleurs, le permanent observe que sur Mons-La Louvière, les perspectives réelles d’embauche sont rares. « Les peu qualifiés restent les premières victimes d’un plan qui a montré ses limites dès sa mise en œuvre. Un contrôle anticipé n’aura pas d’autre effet que de fragiliser davantage les plus vulnérables. »

Le service TSE de la FGTB de Charleroi confirme. Le siège carolo de l’Onem se montre très sévère en termes de sanctions. En moyenne, 210 hommes et femmes sont convoqués chaque jour pour s’expliquer sur leurs démarches de recherche d’emploi. Ont-ils répondu à des offres, envoyé des CV, comment se sont-ils comportés face à des employeurs potentiels ? Il leur faut apporter des preuves de leur activation. Les entretiens durent de 30 à 40 minutes sur un plateau où travaillent une vingtaine de facilitateurs. Le chômeur doit faire attention à ce qu’il dit, à ne pas être en litige avec l’Onem. Sous peine de se voir exclure de ses droits au chômage temporairement ou définitivement.

Entre 2003 et 2008, la part mensuelle des sanctions temporaires chez les chômeurs complets indemnisés – la « fréquence de sanction » – a quasi triplé. En 2009, elle était de 23 % chez les demandeurs de moins de 50 ans.

De l’emploi et de l’emploi de qualité pour tous plutôt qu’une agitation inefficace dans le but de mettre la pression sur les demandeurs d’emploi : telle est la revendication syndicale. La CSC Mons-La Louvière et son groupe de militants entendent le faire savoir.

 

les chiffres

40.000 entretiens

de contrôles d’activation de la recherche d’emploi sont effectués chaque année par le siège régional de l’Onem de Charleroi.

50 %

C’est la part de demandeurs d’emploi inoccupés de moins de 50 ans qui a retrouvé du travail entre 2004 et 2008, grâce à une conjoncture favorable

39 %

des demandeurs d’emplois contrôlés dans la région de Mons-La Louvière sont sanctionnés au terme de leur dernier entretien.

 

Article: lesoir.be

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04