10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 07:56

 

1872- Le 25 juillet naît la SOCIETE ANONYME DES HAUTS - FOURNEAUX  D'ATHUS. Le siège social est à Athus. Les fondateurs sont les membres de la famille d’Huart, maîtres de la forge à Longwy et à la Sauvage.

L'installation comprenait deux hauts fourneaux de 3 mètres de creuset et une batterie de 50 fours à coke. Mais cette dernière peu rentable est arrêtée assez tôt.

Le 23 septembre, demande de construction d'un pont sur la rivière pour le chemin particulier des usines à la route d'Athus - Rodange, et d'établir un petit barrage dans la rivière en aval de ce pont pour prise d'eau par un canal de la rivière à l'usine.

Opposition des riverains désirant que soient construites des gargouilles en - dessous du chemin pour que les eaux  puissent recevoir leur libre cours et que les prairies au  lieu-dit Betzelbunt soient exemptes de toutes stagnations,.... et que la Société des Hauts - Fourneaux doive construire des passages pour la sortie des récoltes au lieux-dits Betzelbunt et Breitfeild.

1880-La Société prend le titre de S.A. des hauts-Fourneaux et Aciérie d'Athus. La nouvelle aciérie Thomas est équipée de convertisseurs Bessemer qui rend possible la transformation de fonte phosphoreuse grâce au revêtement basique et en ajoutant à la fonte une certaine quantité de chaux. L'aciérie comprend : 6 chaudières à vapeur

          8 machines à vapeur

          2 cubilots pour refondre le fer cru

          2 cubilots à Spiegel

          1 four à calciner la dolomie                                    

          1 broyeur à dolomie

          2 convertisseurs

          1 four à réchauffer

          1 marteau pilon

L'Usine vend son acier sous forme de lingots ou barres martelées.

            1885- Arrêt de l’aciérie, qui est peu viable par manque de complément, un train laminoirs, que le Conseil d'Administration ne crut pas devoir souscrire dans ces nouveaux investissements.

            1889 - Les deux hauts - fourneaux produisent 240 tonnes de fonte d'affinage par jour.

            1897- Demande d’autorisation, le  12 mars 1897, de mettre en activité une locomotive dans l'usine.

            1911 - Première fusion - La Société des hauts - Fourneaux d'Athusfusionne avec la Société Anonyme de Grivegnée. La nouvelle Société constituée prend le nom  de S.A. d'Athus - Grivegnée. Les Activités de l'une complètent le travail de l'autre

            Modernisation des Hauts - Fourneaux et construction d'un 3 ème creuset de 3 mètres 75. L'ancienne aciérie est démantelée et remplacée par une nouvelle. Celle - ci comprend : 1 mélangeur de 300 tonnes, 3 convertisseurs de 18 tonnes ainsi qu'un atelier  de produits dolomitiques

            Construction d'un train blooming de 850 mm de diamètre, commandés par une machine à vapeur réversible. L'usine possède également une batterie de 10 chaudières et une centrale comprenant : 3 machines soufflantes à gaz, 1 machine soufflante horizontale à vapeur, 2 turbines à vapeur de 1250 kW chacune.

          1913 - Cette modernisation n'est achevée qu'à la fin de l'année, mais au moment l'usine peut réaliser son programme de production, la guerre éclate.

            1914 - Interruption du travail. Lors de la guerre de 14 - 18, le haut-fourneau de Grivegnée est démoli .On décide de le reconstruire à Athus. L'usine est ainsi dotée d'un 4 ème haut - fourneau de 3 mètres 50 de creuset.

            1921 - La prise de participation dans la S.A. des hauts - fourneaux et aciérie de Steinfort lui permet de s'approvisionner aux minières d'Esch, d'Obercorn  et à la S.A. des Mines de fer de Ronchonvillers.

            1924 - Mise en marche d'un train fil semi - continu.

            1926 - Mise en marche  d'un train à fer marchand. La Société possède en propre les minières de Pétange à ciel ouvert et de Lamadeleine exploitée en galeries, et une part dans la concession "Schettenbusch" à Ottange.

            1927 - Deuxième fusion. La S.A. Athus - Grivegniée fusionne avec la S.A. des Aciéries d'angleur et des charbonnages Belges. Cette nouvelle société prend le nom de S.A. d'Angleur - Athus.

            1928 - Un 5 ème haut - fourneau est érigé.

            1937 - Construction d'un 5 ème convertisseur à l’aciérie.

            1945 - La S.A. d'Angleur - Athus fusionne  avec la S.A. John Cockerill. .

            1950 - L'usine modernisée produit 358 000 tonnes d'acier et se voit dotée d'un  moulin à scories.

            1954 - Construction d'un complexe à production d’oxygène.

            1955 - L'usine d'Athus entre dans la  nouvelle Société Cockerill -Ougrée suite à la fusion de la S.A. John Cockerill , Ferblatil et Ougrée-Marihaye. Transformation de la charge des hauts - fourneaux, renouvellement de la grue de coulée à l'aciérie et électrification de la cage à billette.

            1961 - La préparation de la charge des hauts  - fourneaux  et l'agglomération des minerais sont réalisés.

            1973 - Le 30 mars 1973 ,Cockerill cède sa division d'Athus à la METALLURGIQUE ET MINIERE DE RODANGE et la nouvelle dénomination est changée en METALLURGIQUE ET MINIERE DE RODANGE  - ATHUS .

            1977 - La conjoncture dans la sidérurgie fait que, malgré les promesses et les garanties données, l'usine d'Athus est définitivement fermée, et son démantèlement suivra.

Retire du livre "Athus souvenir "1878 a 1988" auteurs Louis Lambert,Liliane & Guy Dagonnier

  http://www.le-grand-aubange.be/athus%20%20photo/usine/Athus%20Complexe%20Siderurgique.jpg

 

Article: www.le-grand-aubange.be

 


 

Un morceau de chiffon rouge (1)

Le mardi 4 septembre 2012


"Là-bas si j’y suis" ! Émission à 15h sur France Inter

 

http://www.la-bas.org/IMG/arton2517.jpgIl faudrait raconter l’histoire de cette parole, l’histoire de cette poussée vers l’égalité et la vraie démocratie populaire.

La meilleure école, c’est la lutte. Il y a les livres, le cinoche, les récits des vieux héros. Il y avait la radio aussi. La radio des luttes. Un morceau de chiffon rouge, brandit haut et fort au bassin sidérurgique de Longwy, grâce aux ondes de Radio Lorraine Cœur d’Acier.

« Une radio au service de ceux qui sont privés de parole, qui sont exclus des moyens de communication. »

Une radio à hauteur de la pensée.

 

 


 

Un morceau de chiffon rouge (2)
Le mercredi 5 septembre 2012


"Là-bas si j’y suis" ! Émission à 15h sur France Inter

 

http://www.la-bas.org/IMG/arton2518.jpgUne magnifique épopée de résistance s’est alors développée qui est allée au-delà de la lutte contre la liquidation de la sidérurgie en France.
Car les luttes sociales ne se limitent jamais aux seuls objectifs proclamés. Elles ouvrent d’autres horizons à ceux qui y participent. Elles les transforment d’abord eux-mêmes bien souvent.
"Nous ne sommes rien,soyons tout !"
Combien de femmes et d’hommes ont repris cette phrase de l’Internationale au cours de l’Histoire ?
Le cœur gonflé, le poing levé. Soyons tout !

 

 

Article: la-bas.org

 

A écouter sans modération.  

Et en attendant, surtout, SURTOUT, ne lâchez rien ! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04