Soit, les termes sont des néologismes, mais qui disent bien ce qu’ils veulent dire – ce qui n’est pas forcément le cas dans la plupart des projets, forts de « synergies » et autres « réseautages », néologisme en lui-même ! La « donnerie » permet ainsi au quidam de donner ; la « prêterie » d’emprunter, sur base d’appel ; la « servicerie » enfin met en relation celui qui souhaite une aide et cet (te) autre qui, par sa réponse, va la lui apporter.

Au carrefour de ces trois axes, le Centre d’éducation permanente et la commission régionale des travailleurs sans emploi de la FGTB-Luxembourg viennent de mettre en ligne un bel outil de solidarité.

À l’origine du projet, issu d’« un groupe qui sait faire preuve d’imagination et de créativité, souligne Anne Binet, responsable du Centre d’éducation permanente, une situation vécue. » Et laquelle : en 2009, Marie-Claude a huit jours pour quitter son logement, mais n’a encore rien trouvé d’autre. Elle s’en ouvre au groupe : l’un se propose de l’héberger momentanément, d’autres de l’aider à déménager, l’ensemble enfin de se mettre en quête d’un nouveau logement. Une mission vite accomplie !

« Un outil de solidarité »

Cette idée, il suffit alors de l’appliquer à l’outil informatique par excellence : internet. Le Centre d’éducation permanente ira ainsi prendre le pouls auprès d’un prédécesseur, pionnier dans le domaine : la « Donnerie de Louvain-la-Neuve », déjà forte de 700 membres, « de la personne en difficulté au bobo », et dont les contacts sont un succès qui n’a « jamais été entaché de dérapage ».

Mais concrètement ?

Tout un chacun peut bien entendu s’inscrire sur le site de « La donnerie, prêterie et servicerie du Luxembourg ». Il suffit, dirons-nous, de montrer patte blanche et de s’engager à ne faire circuler ni pub ni offres commerciales. Les règles sont claires.

Ainsi, pour citer un extrait de la très sobre page d’accueil de la « donnerie », celle-ci « n’est pas une aide à la vente ou l’échange, mais au don ». Idem à la « prêterie », dont le premier rôle est sans doute de «lutter contre le gaspillage et la pollution ». La « servicerie », pour sa part, n’est pas la mise en ligne d’offres, mais bien de demandes de services, lesquels sont des plus variés. « Cela va d’un trajet partagé à la garde de votre chien pendant votre absence en passant par un déménagement ».

Désormais accessible sur le web, le triple « outil de solidarité » mis en place par le groupe d’éducation permanente de la FGTB-Luxembourg – dont le slogan est « On n’est pas des chômeurs, mais travailleurs sans emploi » – n’attend plus que ses utilisateurs et ses bénéficiaires.

Et, de la part de tous, l’envie de partager, de donner et de servir. Allez hop, tous ensemble au boulot ! ¦

http ://listes.agora.eu.org/listinfo/servicerie-luxembourg (ou donnerie-luxembourg ; ou prêterie-luxembourg)

 

Article: Lavenir.net