17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 13:31

Représentant de la FGTB au comité de gestion du Forem, Thierry Bodson ne cache pas son inquiétude quant aux conséquences des mesures prises dans l’accord fédéral.

Sa crainte principale concerne la prolongation du stage d’attente des jeunes, passé de neuf mois à un an depuis ce 1er janvier. Ce qui va engendrer une série de conséquences. La première concerne ce public, de 25.000 à 30.000 jeunes, qui n’a pas encore été officiellement averti de ce report. Le report de la perception d’une allocation de chômage prolonge de facto le droit à des allocations familiales, ce qui signifie que l’Onafts doit également être averti du changement. « Il s’agit donc d’une économie toute relative pour le budget de l’Etat », souligne-t-il.

Et ensuite ? « Aujourd’hui, on ne connaît toujours pas les conséquences d’une évaluation négative, s’inquiète Thierry Bodson. Doit-il recommencer tout son stage d’insertion d’une année ou seulement la période qui précède l’évaluation négative ? » Et qui sera chargé de l’évaluation ? Pas le conseiller référent qui suit le jeune car il serait alors juge et partie, avec le risque également que cela entame la relation de confiance qu’il doit nouer avec le demandeur d’emploi. Les évaluateurs doivent-ils appartenir à une autre direction du Forem ou dépendre d’un autre parastatal ? Thierry Bodson privilégie la seconde piste, en insistant pour qu’on y maintienne une gestion paritaire avec les partenaires sociaux.

Le représentant de la FGTB plaide par ailleurs pour que les conseillers référents, qui devront gérer en moyenne 344 demandeurs d’emploi, soient spécialisés dans six ou sept métiers maximum, afin d’être plus efficaces. Car l’enjeu, souligne-t-il, est de faire travailler au moins 156 jours chaque chômeur, avant qu’il n’ait atteint les trois ans de chômage, dans un contexte de ralentissement économique. Sinon, dès janvier 2015, ce sera l’exclusion, qui guette potentiellement 50.000 personnes, dont les trois quarts en Wallonie et à Bruxelles. Avec ce piège pour les travailleurs à temps partiel : toute journée qui fait l’objet d’un complément de chômage (même pour une heure), est comptabilisée dans le calcul de la durée du chômage.

Dans ce contexte global, le secrétaire général de la FGTB wallonne juge « risible » le souhait d’André Antoine d’une prise en charge spécifique des chômeurs de plus de 50 ans.

« Il faut arrêter de charger la barque car la priorité pour le Forem, ce sont les jeunes qui risquent de perdre leur allocation de chômage. » D’autant que dès 2013, ajoute-t-il, le contrôle de la disponibilité sera étendu aux chômeurs de la tranche 50-55 ans.

 

LORENT,PASCAL

 

Article: lesoir.be

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04