9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 10:30

Les beaux esprits et les puissants qui prétendent nous affamer sortent la grosse artillerie. Pas une semaine sans nouvelles tentatives de nous préparer à la saignée.

 

Edito de Nico Cué, 7/03/2011.

 

Travailleurs, citoyens, chômeurs, pensionnés, soyez courageux, et responsables. Vous avez déjà pris la crise de plein fouet ? Tant mieux, ça vous endurcit. Car demain il vous faudra faire d’autres sacrifices. Il en va de notre «trajectoire budgétaire» (sic), de la «confiance des investisseurs internationaux» (re-sic), de «l’assainissement des finances publiques», de la «compétitivité de nos entreprises»,  de la «confiance des marchés», de l’avenir de vos pensions, etc., etc. Un langage éculé, mille fois répété, une «propagande du quotidien» martelée ad nauseam.

Le 16 février dernier, c’est Guy Quaden, le gouverneur de la Banque nationale de Belgique, qui se fendait d’une banderille sans équivoque à l’occasion de la présentation du rapport de la BNB. Résumons le propos : Monsieur le Baron préconise pour notre bien à tous un serrage de ceinture généralisé. Avec la bénédiction d’un monde patronal en liesse, il presse les politiques d’«annoncer un programme économique et budgétaire» permettant, pour «assainir», de faire «les économies nécessaires». Bien entendu, il les exhorte également à «s’abstenir d’alourdir encore les prélèvements sur le travail». Si possible, il faudra en outre augmenter au passage quelques taxes à la consommation, relever l’âge de la pension, travailler plus et plus longtemps, et sans doute mettre à mal notre système de retraite légale. En un mot : hors l’austérité, point de salut !

Mais ce n’est pas tout : Guy Quaden, sous les vivats de la FEB, d’Agoria et du Syndicat neutre des indépendants, se fait sans surprise l’écho de la chancelière allemande Angela Merkel et du président français Nicolas Sarkozy, qui ont récemment exprimé leur volonté de supprimer le système d’indexation qui existe encore dans certains Etats d’un autre âge, au nom d’un «pacte de compétitivité» européen. Rebelote : il s’agit bien évidemment d’étendre aux 27 pays de l’Union des politiques d’austérité et de régression sociale – report de l’âge du départ à la retraite, coupe dans les dépenses sociales, attaque en règle des services publics, des salaires, etc.

Voilà donc une énième tentative de supprimer ou, à tout le moins, de détricoter l’index, après celle – jusqu’ici avortée, grâce au «non!» retentissant des travailleurs – des représentants du patronat dans le cadre des négociations autour du projet d’Accord interprofessionnel.

Le 20 février, Jean-Claude Trichet, Empereur de la Banque centrale européenne (BCE), en remettait très subtilement une couche pour ne pas être en reste : gare à toute augmentation salariale ! Ce serait, selon lui, «la dernière bêtise à faire».

Si nous n’étions pas à ce point habitués à leur arrogance, nous serions tout bonnement abasourdis devant le cynisme, l’indécence et la veulerie de ces brillants esprits. Car enfin : alors que les intérêts privés qu’ils représentent nous ont fait, nous font payer LEUR crise en toute impunité, alors que ces intérêts privés renouent avec des bénéfices, des salaires et des bonus stratosphériques tout en faisant les poches à la collectivité, les revoilà à l’offensive pour nous mettre sur la paille et démolir l’un après l’autre les mécanismes et les systèmes sociaux qui, depuis des décennies, nous protègent tant bien que mal de leur rapacité.

Sûr qu’il ne s’agit pas là de «bêtises». Non : ce sont des politiques anti-sociales déterminées et parfaitement coordonnées.

Il va donc nous falloir leur apporter des réponses également coordonnées et déterminées. Soyons clairs, Monsieur le Baron, Monsieur l’Empereur, messieurs les tristes sires du Bel 20 et de la grosse galette : déjà, la colère du monde du travail est grande face à vos pratiques et intentions prédatrices. Déjà, la colère gronde de tant d’injustices répétées, de ces milliards qui vous engraissent en même temps que vous éludez l’impôt, les cotisations sociales, que vous confisquez ce qui devrait revenir à la collectivité (merci les cadeaux fiscaux en tous genres, les intérêts notionnels et autres entourloupes comptables) et que, cerise sur le gâteau, vous traitez d’assistés d’autres que vous-mêmes, notamment des allocataires sociaux condamnés à vaciller entre la précarité et la misère.

Alors sachez que nous n’avons pas l’intention de nous laisser piétiner. Que nous n’avons pas pour vocation la servitude. Sachez que toucher à l’index, à nos salaires, à nos pensions – parmi les plus basses d’Europe ! –, à notre Sécurité sociale, serait, pour le coup, la dernière bêtise à faire. Et que nous la prendrions pour ce qu’elle est : tout simplement une déclaration de guerre. Sachez enfin – mais vous le savez – qu’une oligarchie, cela se renverse.

Nico Cué, Secrétaire général des Métallurgistes Wallonie-Bruxelles de la FGTB.

 

Ce texte a été publié sous forme de Carte blanche sur le site du quotidien Le Soir  le 3 mars 2011.

http://www.lesoir.be/debats/cartes_blanches/2011-03-03/la-derniere-betise-a-faire-825733.php

 

Article: FGTB Métallurgistes Wallonie Bruxelles

Partager cet article

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Communiqués de presse
commenter cet article

commentaires

Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04