7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 03:51

Ivan Van de Cloot, vous êtes chercheur à l’institut Itinera.

La fraude au chômage, c’est

un mal belge ?

Les chiffres sont difficiles à obtenir, mais le député VLD Guido De Padt avait posé une question parlementaire à ce sujet et il avait obtenu des chiffres : entre 2004 et 2007, le nombre d’allocations indûment versées a augmenté de 86 % ! En 2007, près de 5 % des allocations versées par l’Onem à des chômeurs ou à des personnes en crédit-temps l’ont été de manière indue – que ce soit à la suite de fraude ou en raison d’erreurs, précisons-le. La fraude prend une envergure toujours plus importante. Et quand les fraudes sont identifiées, il est souvent trop tard : l’Onem ne récupère qu’une partie des montants fraudés. On constate aussi, en Belgique, l’absence de chiffres publics sur ces problématiques. Les chiffres que je cite n’ont pas été publiés par l’Onem, et ne figurent pas dans son rapport annuel. Ils ont été obtenus par le Parlement. Il y a manifestement un manque de transparence, en Belgique, sur ces questions, ou peut-être un manque de volonté…

Pourtant, le monde politique n’a jamais autant parlé de lutte contre la fraude sociale que ces dernières années.

C’est vrai. Et le soutien informatique est de plus en plus performant. On dispose aujourd’hui de beaucoup plus d’outils pour lutter contre la fraude. On peut notamment croiser les banques de données de la sécurité sociale et de l’Onem.

Alors pourquoi la fraude reste-elle à ce point courante ?

Parce que pour qu’une réglementation soit respectée, il faut que les gens y adhèrent, qu’ils trouvent ces règles équitables, et qu’ils sachent qu’ils risquent quelque chose en cas de fraude. Où il n’y a pas sanction, il y a fraude… Les gens font un arbitrage entre, d’une part, la probabilité de se faire attraper et la pénalité qu’ils risquent alors de subir, et d’autre part ce que leur rapporte la fraude.

Et en Belgique, la balance penche vers la fraude ?

Disons qu’il y a des opportunités, notamment à cause de la facilité d’accès au travail au noir, c’est classique. Et la probabilité de contrôle est faible. C’est un chantier où il reste beaucoup à faire.

Les contrôles doivent être améliorés ?

Les services qui doivent combattre la fraude ne sont pas homogènes. Ils sont répartis entre des organismes et des administrations différentes. On ne compte pas moins de cinq catégories d’inspecteurs différentes. Nous avons donc demandé la création d’une agence de contrôle.

 

DEMONTY,BERNARD

 

Article: lesoir.be

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04