3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 13:10

A côté des jeunes qui rentrent à l'école ou à l'université, il y a tous ceux qui se retrouvent pour la première fois sur le marché du travail. Certains sont bardés de diplômes, d'autres n'en ont aucun mais dans le contexte actuel, ce n'est facile pour personne. 

Si l'on excepte quelques filières spécifiques, la voie vers le premier job n'est pas royale.

Pas question de rêver au CDI, au contrat à durée indéterminée. Parfois, pas question même d'envisager un job sans passer par la case formation.

 

Dur, dur de se motiver. François Deblander accueille les jeunes demandeurs d'emploi au Forem à Bruxelles : "On a, d'une part, des jeunes qui en ont marre de l'école et qui arrêtent et qui pensent naïvement qu'ils vont trouver facilement un emploi en ayant, par exemple, arrêté une 4e professionnelle et n'ayant aucun bagage pour valoriser des compétences sur le marché de l'emploi et puis, d'autre part, on a des jeunes qui ont de nombreuses qualifications et qui sont motivés et qui cherchent."

Et ceux-là ont effectivement plus de chances de trouver à court ou à moyen terme.

Mais pour les autres, l'espoir se transforme en crainte et ce n'est pas neuf. Stéphanie Wyard, porte-parole du Forem : "On sent depuis plusieurs années une angoisse. On ne sait pas ce qu'on vaut, on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve et donc on a besoin d'être rassuré et, en tout cas, accompagné de manière individuelle."

Depuis juin dernier, le Forem pratique cet accompagnement individuel.

Un conseil référant est désigné par jeune demandeur d'emploi, lui seul le suit et il connait donc bien son dossier, de quoi être un peu moins un numéro parmi des dizaines de milliers d'autres candidats au travail.

 

Michel Visart

Crédit photo : EPA

 

Article RTBF.be

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gigi 30/09/2010 14:52



Dans cette société aberrante, il y a tellement de choses qui ne vont pas.


Quand on étudie, on espère travailler dans ce que l'on a choisi comme métier, parfois de longues et dures sont les études, les diplômes en main on espère trouver rapidement du travail.


Cela ne se passe pas aussi bien que ça finalement, inscription à l'Onem, stage d'attente sans indemnité pendant 9 mois (comment vivre dans ces conditions quand on ne reçoit rien) ensuite la
recherche assidüe d'un travail, les envois de CV à de nombreuses entreprises en espérant un retour de courrier avec une autre réponse que celle-là --->


Monsieur,
Nous avons bien pris note de votre candidature et vous en remercions.
Néanmoins, devant l’afflux de candidatures qui nous parviennent, nous sommes tenues d’effectuer un choix sur base du seul CV. Nous sommes donc au regret de vous annoncer que votre candidature n’a
pas été retenue.
...Sincères salutations,


Comment après ces réponses négatives, ne pas désespérer dans son coin, dans sa vie, comme un échec dans le choix de sa formation qui
apparemment ne mène nulle part.


Triste constat, triste à dire, mais n'y aurait-il que les formations Forem qui mèneraient à l'emploi ?


Je sais que ces formations Forem, ne mène pas vraiment vers un emploi, puisque tous les formés ne sont pas embauchés, c'est juste une
chance supplémentaire d'espérer trouver cet emploi devenu si rare et ça génère un travail pour les formateurs.


Quand serons-nous donc un peu plus créatif en matière d'emploi?


Il y a au moins "des millions de possibilités de créer de l'emploi", plein de boulots oubliés qui rendaient services. Des emplois
ayant pour but l'écologie par exemple. Mettre en avant cet aspect de l'urgence en matière d'écologie, devrait permettre de nombreux emplois, comme celui des travailleurs de parcs éoliens,
(montage  d'éolienne) création de jardins légumiers (pour rendre service à la population n'ayant pas de jardins) avec des animateurs-jardiniers avec réponses à tout en matière de
culture.


L'aide aux personnes aussi pourrait générer de l'emploi, quelques personnes sachant faire un tas de petits boulots dans une mini
entreprise, avec les aides de l'état (puisque l'état aide aussi de grosse entreprise qui parfois n'en ont pas besoin) mais au lieu de créer de l'emploi, on s'acharne sur ceux qui n'en trouvent
pas, on les dit fainéant, pourtant ça use la vie, le moral et la santé de chercher cette perle rare, "un travail"


C'est sur ce ne sont que des exemples, il ne reste que les aides à trouver pour créer de tels emplois.



Sabine Masy 04/09/2010 16:46



et les plus vieux alors ...c'est la même galère pour tout le monde et si tu as en plus le bon plan d'embauche



Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04