2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 08:36

« Quand on manque d’argent, on doit sans cesse réfléchir à des stratégies pour s’en sortir un minimum. La journée de la personne précarisée est un travail à temps plein et même plus qu’à temps plein. C’est du calcul, de l’énergie, de la stratégie. Il faut avoir vécu cette vie précaire pour savoir à quel point une décision banale peut être catastrophique. Un équilibre instable qu’un rien met par terre. Les mutuelles ont cessé, par souci de sécurité, de rembourser en liquide les soins de santé … L’argent est désormais versé sur le compte. Comment faire pour acheter les médicaments que le médecin a prescrits quand on compte sur l’argent du remboursement pour les payer ? Cet argent du remboursement sera au mieux disponible trois jours plus tard. Ou il ira renflouer le découvert bancaire. »

Etiquette « pauvre »

« Et cette étiquette “pauvre” que l’on vous colle est injuste et cruelle. Tomber dans la pauvreté peut aller très vite, c’est une spirale. Une chose en entraîne une autre et ainsi de suite. J’ai eu une enfance normale, une scolarité normale, une vie normale jusqu’à la mort de mon père. Ma mère venait d’avoir un bébé. Il fallait donc l’aider. A partir de là, des fois j’allais à l’école, des fois je n’y allais pas. Sans la mort de mon père, j’aurais sans doute fait le métier dont je rêvais, je serais devenue accoucheuse. »

Accident de la vie

« Il y a des accidents de la vie qui font tout basculer. Et il y a la descente: un détail après l’autre… On n’a pas d’argent à donner à son enfant, on ne sait plus payer la cantine, l’enfant se retrouve isolé. Il décroche. On ne sait plus chauffer correctement son logement. Et, de fil en aiguille, on finit par perdre la garde de son enfant… Comme si on n’était pas un bon parent quand on est pauvre…»

Des projets ?

« Le pouvoir d’achat, ce n’est pas seulement une question d’argent. L’argent permet d’avoir une présentation acceptable, de se soigner, d’avoir des loisirs, du bien-être, une position sociale. Manquer d’argent, c’est être privé de tout ça… C’est ne plus pouvoir se projeter dans l’avenir. Or tout le monde fait des projets: fonder une vie de famille, avoir une maison, partir en vacances, ... Des projets ? Comment en faire quand on ne peut jamais se payer une journée à la mer ? Quand on ne peut même pas se projeter dans ce qu’on aura dans son assiette le lendemain ? »

 

Article: L'Essentiel

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04