2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 08:56

Quelle beau jour pour finir, vous ne trouvez pas ? On ne pouvait pas rêver mieux : beau temps, mais orageux en fin de journée. C’est donc la dernière, la der des ders, la grande der. Après dix ans de chroniques quotidiennes, dont la plupart sur ces antennes, nous allons donc refermer le grand livre de nos fréquentations.

Mais plutôt que de dire au revoir, voyez comme je suis, j’ai décidé de dire merci. La reddition des comptes est alors plus ronde. Merci est un mot qui déteste les angles. Il n’y a rien à faire, quand on est né rond on ne peut pas finir pointu, alors terminons comme cela…

Merci à Richard Brautigan, merci à Stig Dagerman, merci à Ed Murrow, chroniqueur anti McCarthy, merci à son Good night and good luck, merci au terrible entêtement des abeilles, merci aux trous d’air des parachutes dorés, merci aux hirondelles de la gare du Nord, merci à l’épicière de Ciergnon, merci à Morvan Lebesque pour avoir dit que le talent que vous avez ou que l’on vous prête se mesure à celui qui vous reste le jour où vous n’en avez plus, merci à l’Euro d’avoir tenu jusqu’à la fin de ces chroniques, merci aux gens du voyage qui font le voyage que les gens ne font plus, merci à tous ces nomades qui enseignent à délester nos valises, merci au passé qui arrive toujours trop vite et à l’avenir qui vient toujours trop tard, merci à Stéphane Goldman, une chanson de 1950, une chronique déjà, cent mineurs crient sous les poids d’un continent, là-haut passe un régiment, il y aura dix survivants, merci à Madame de Sévigné, pardon d’avoir écrit si long, ma fille, mais je n’ai pas eu le temps de faire court, merci aux invisibles de ne l’être pas resté, merci aux gens liquides d’être demeuré un peu dans la paume, merci à René Char et à son héritage sans testament, merci aux disqualifiés, aux inadaptés sociaux, merci aux bandits du sens, merci aux potagers, merci à Gilles Clément, à son tiers-paysage et à ses jardins en mouvement, merci à ceux qui se souviennent qu’un binage vaut bien deux arrosages, merci aux glaneurs, merci aux gladiateurs, merci à mon ordinateur, merci au front du refuge, merci à Hanna Arendt, merci au comptoir d’étain de Jacques Prévert et au veilleur du Pont aux Changes de Robert Desnos, merci aux idées, à leurs associations et aux associations d’idées, merci aux villages fantômes parce qu’ils sont peuplés de gens aux fronts troués, merci aux geysers pétillants et aux volcans facétieux d’Islande, merci au complexe Edgar Morin, merci à la voix de Vincent Tholomé entendue hier, merci aux livres qui rendent libres, à ceux qui les écrivent, à ceux qui les vendent et à ceux qui les achètent, merci aux contradictions dialectiques des gens qui décident, elles font le miel de ceux qui cherchent par-delà le cynisme, pas merci à ceux qui priment sur ceux qui dépriment, mais merci à la ville où il fait le moins bon vivre, merci au service public qui nous a élevé et à qui on a tenté de rendre un peu, merci à ceux qui écoutent pour ne plus entendre, merci aux voleurs de feux et aux allumeurs de réverbères, merci à ceux qui retournent leur colère et merci à ceux qui voient la mer. Allez, belles années et puis aussi bonne chance.

 

Paul Hermant

 

Le podcast de la chronique

 

 

Et bien nous aussi, Paul, on a des remerciements à faire, à te faire :

 

Merci d'avoir toujours veillé à ne pas nous prendre pour des imbéciles

Merci de nous avoir enchantés

Merci de nous avoir éclairés

Merci pour ta manière de faire simple mais jamais simpliste

Merci pour ton ton

Merci d'être un des rares sur notre service public à faire du service public

Merci d'avoir laminé une flopée d'imbéciles

Merci d'avoir lu pour nous entre les lignes

Merci pour ton talent

Merci pour ton écriture

Merci pour ta voix

Merci pour la pertinence

Merci pour l'intelligence

Merci pour la liberté

Merci pour les sourires

Merci pour la solidarité

Merci pour le soutien, Camarade

 

Et Merci pour cette dernière chronique, en beauté, texte magnifique. Quand on est né rond on ne peut pas finir pointu.

 

Belles années à Toi, Paul, et puis aussi bonne chance !

 

Pour la CRTSE Luxembourg, Damien et Vincent

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

père Olivier 02/07/2012 11:32

Envolé, parti en fumée comme une cigarette que l'on a laissé dans le cendrier, dégagé, enlevé de tous gages, allez les chiens! et allée bucolique. Et oui il part, il nous laisse là, las, lalala
seuls comme des orphelins, oui c'est ça orphelins de la voix, sans famille, Rémy sans emploi, tu connais? Qui, qui va sans l'air de le faire, qui pourra, qui osera montrer les paradoxes (du grec
paradoxos, « παράδοξος » : « contraire à l'opinion commune », de para : « contre », et doxa : « opinion »). et merde et que vais-je lire maintenant? reprenons les mots et lançons les tels des idées
ou mieux encore, comme des armes. Des armes au secret des jours, Sous l'herbe, dans le ciel, et puis dans l'écriture, Des qui vous font rêver très tard dans les lectures, Et qui mettent la poésie
dans les discours. Des armes, des armes, des armes, Et des poètes de service à la gâchette Pour mettre le feu aux dernières cigarettes Au bout d'un vers français brillant comme une larme.(merci
Léo) merci Paul

Soutenu par

CEPlogo

 

Rechercher

Contacts


Administrateur Blog:

Gaëtan

Responsable T.S.E. - FGTB :

Autres CRTSE en Wallonie

Verviers

Simon Darimont 

0496.50.07.88

  

Mons  

Cédric Devriese 

065.32.38.33.

  

Tournai :
Fabien Tanase

069.88.18.04
                  
Centre : 
       Christohe Morais-Rosa

 064.23.61.19
               
Liège-Huy-Waremme :
Sidi Katumwa
04.221.96.20

Charleroi :

Nadia Verley
071.64.12.91

Sud-Hainaut :
Eric Clemens
071.64.12.58

Mouscron :
Marie-Noëlle Gaillez
056.85.33.57

Namur :
Farnçoise Lejeune

0474.481.002

Nivelles :
khalid Gaa

0478.35.85.83