14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 12:03

Les dessins du lundi par Stiki

 

Par Didier Brissa, Laurent Lefils, Maximilien Lebur, Michel Recloux, Olivier Starquit, Sylvain Poulenc

 

Dans Fukushima, il y a « ushima ». Nous ne savons pas ce que ça veut dire. Mais au vu du reste du mot, on peut affirmer que pour l’instant, au Japon, c’est la merde. Le Japonais est stoïque, nous dit-on : « Il ne montre pas sa douleur », « il n’y a pas de pleureuses », « ils ont tout perdu sauf le sourire » [1] . Aucun Japonais ne se sent-il au bord d’un précipice écologique et économique ? C’est pourtant bien là que le besoin d’énergie de ses entreprises a conduit le Japon. Ces entreprises qui doivent payer aux actionnaires de plus en plus de dividendes et offrir au public de plus en plus d’objets à consommer.

La centrale nucléaire a bien résisté au tremblement de terre, habituel au pays du soleil levant. Celui-ci a cependant été particulièrement violent. Comme il est plus rentable d’établir ce type de centrale près de la mer, les refroidisseurs ont été submergés par la deuxième catastrophe, le tsunami. Quoi qu’il arrive maintenant, la troisième catastrophe, écologique, a déjà eu lieu. Les nuages radioactifs se sont baladés au-dessus du Japon, voire tout autour de l’hémisphère nord. L’Océan pacifique a aussi pris sa dose de contamination par les eaux radioactives. On parle cependant nettement moins de la quatrième catastrophe qui attend la population japonaise : la catastrophe économique.

Naturelles, ces catastrophes ?

Moins d’une semaine après le tremblement de terre, un des plus puissants au monde, après le tsunami, qui a déjà fait près de 10.000 morts et plus de 12.000 disparus, et en pleine fusion partielle du cœur des réacteurs 1, 2 et 3, qui fera un nombre incalculable de victimes [2] , la bourse de Tokyo continue tranquillement son petit bonhomme de chemin, comme si de rien n’était. Certes, elle baisse un peu. Le yen s’envole, ce qui tracasse le G7 [3] . De manière indécente, les économistes parlent des « lourdes pertes » que vont subir… les assureurs [4] , japonais ou étrangers. Enfin, pas tous, les centrales de Fukushima n’étant plus assurées depuis 6 mois [5] … Et le cynisme ne s’arrête pas là. Trends Tendance rassure : « Le séisme n’est pas une catastrophe pour nos entreprises » [6] . Remettons-en une couche : certains doivent déjà se frotter les mains en spéculant sur les bénéfices qu’ils réaliseront pour reconstruire tout ce qui a été dévasté. Après tout, les Trente Glorieuses n’ont-elles pas eu lieu juste après la guerre ? Comme toujours en pareil cas, les conséquences économiques ne sont pas catastrophiques pour tout le monde. Elles le sont uniquement pour ceux qui ne vivent pas de la bourse ou qui n’ont pas su acheter un billet d’avion à 4.000 euros.

Personne ne peut être tenu pour responsable des catastrophes naturelles. Mais ce n’est pas le cas des catastrophes artificielles, liées aux activités humaines. Ce sont nos choix de société qui conduisent à construire toujours plus de centrales nucléaires : acheter toujours plus, faire tourner l’économie de marché, consommer encore et encore, avoir des besoins d’énergie sans cesse croissants pour les machines des usines... Il faut que ça tourne, sinon c’est la fin – en tout cas, la fin du système. Cette course à la croissance nous mène directement vers des catastrophes écologiques et sociales des plus en plus graves et de plus en plus nombreuses.

Les liquidateurs – respect total pour le dévouement de ceux qui font tout pour arrêter la catastrophe – sont au travail dans toutes les centrales pour intervenir en cas d’accident majeur afin de limiter les conséquences. Ils connaissent les risques et les affrontent. « Certains liquidateurs [de Tchernobyl] jugent qu’il faudrait en finir avec cette énergie. » [7] Mais comment croire que nos centrales sont sans risques quand les patrons recrutent pour ce poste ? Et s’ils le font, ce n’est certainement pas par charité, sinon, ils paieraient mieux leurs employés et ils construiraient des centrales plus sûres, avec plusieurs enceintes de confinement par exemple, ou en dehors de zones à risque. Ou ils n’en construiraient pas du tout et se tourneraient vers les énergies vertes. Quand une éolienne tombe, il suffit de s’écarter de quelques mètres. Ensuite, on peut s’en approcher pour la relever sans danger de développer un cancer.

« Il faut les fermer toutes ! »

La bourse est une centrale économiconucléaire. Elle est soi-disant sous contrôle, ses mouvements financiers sont régulés par la « main invisible » du marché. Mais « le risque zéro n’existe pas », bien loin de là ! Comme dans une centrale nucléaire, les risques sont prétendument faibles. C’est oublier un peu vite les très nombreux éclatements de bulles spéculatives qui ont affecté différentes régions de la planète : Amérique latine, Russie, Japon, déjà, et Asie du Sud, Etats-Unis et Europe pour ne prendre en compte que les deux dernières décennies. Les bourses flanchent : réforme-t-on drastiquement le système ? Non. On applique des « stress-tests » au secteur bancaire. Les conséquences de ces « accidents » sont par contre très chèrement payées par la population et par la nature. Three Mile Island, Tchernobyl et maintenant Fukushima sont des accidents qu’il était – paraît-il – impossible de prévoir. S’attaque-t-on drastiquement aux problèmes engendrés par le nucléaire ? Non. On appliquera des « stress-tests » au secteur nucléaire. Ici aussi, les conséquences de ces « accidents » sont très chèrement payées par la population et par la nature. Les stress tests rassurent. L’important n’est pas de sécuriser mais de donner l’impression que tout est sous contrôle. Et, donc, d’éviter les débats de fond(s).

Frédéric Lordon appelle à fermer la Bourse [8] . Fermer celle de Tokyo devrait être la première étape, lançant le mouvement général. Ce slogan s’applique également aux centrales nucléaires. Les bourses comme les centrales nucléaires, « il faut les fermer toutes ! ». Avant que toutes, elles nous pètent à la gueule !

P.-S.

Les pseudos atomiques des signataires : Didier Brissa (Godzilla junior), Maximilien Lebur (Captain Atom), Laurent Lefils (Mister Burns), Sylvain Poulenc (Docteur Folamour), Michel Recloux (Insectosaure), Olivier Starquit (Dr Manhattan)

Notes

[1] « Dessine-moi les médias : pluie de poncifs sur les Japonais », 18/03/2011, Acrimed.

[2] Pour Tchernobyl, les chiffres vont de 4.000 (OMS) à plus de 2 millions de morts directs ou indirects.

[3] « Le Japon dévasté subit l’envolée du yen », 18/03/2011, lepoint.fr.

[4] L’Echo, 14/03/2011.

[5] La Tribune , 21/03/11.

[6] Trends Tendance, 17/03/2011.

[7] « Les "liquidateurs" de Tchernobyl retourneraient s’il le fallait », La Libre Belgique, 17/03/2011.

[8] F. Lordon, « Et si on fermait la Bourse... », Le Monde diplomatique, février 2010.

 

Article: collectif Le Ressort

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04