1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 08:01

 

sdf1[1]

 

Voici quelques mois j'ai été exclu du droit aux allocations de chômage suite aux contrôles de l'ONEm.

 

S'en est suivi une galère dont je vous passe les détails.

 

Un des éléments de cette galère a été d'obtenir le Revenu d'Intégration Sociale auprès du CPAS. Cela m'a pris trois mois pendant lesquels je n'ai perçu aucun revenu, et où j'étais SDF. Je profiterai de ce blog pour écrire un article qui raconte en détail l'enchaînement des évènements pendant cette période.

 

Mais l'objet de cet article-ci est de vous faire part d'un précieux document qui m'a donné de  nombreux arguments pour que le conseil du CPAS doive enfin m'octroyer ce à quoi j'ai droit.

 

Les infos suivantes ont été particulièrement utiles dans mon cas :

 

-        La possibilité d'avoir un domicile de référence chez des amis, pour autant que j'aie été radié de mon dernier domicile

-        Le fait que même en étant domicilié chez eux je puisse toucher un RIS d'isolé.

-        Si mes amis ont eux-même des revenus de remplacement (chômage...), le fait que je me domicilie  chez eux n'a aucune influence sur leurs revenus

 

D'autre part, si vous êtes dans la situation où j'étais voici peu, n'hésitez pas à vous faire accompagner dans vos démarches (syndicat, ASBL, amis....); les lois sont compliquées et les travailleurs des CPAS ne vous aident pas toujours comme ils sont censés le faire. Parfois même ils ne connaissent pas la législation.

 

J'espère que les infos qui suivent pourront être utiles à d'autres.

 

Pascal

 

Dirigez-vous vers ce Guide des Sans-Abri

 

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Articles T.S.E.
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 10:58
Un job à saisir au Pôle Emploi: Animatrice de tchat de sexe  via A la Une de Rue89 de François Krug le 26/02/10


Capture d'écran de l'annonce Pôle emploi


Info signalée par un internaute

Vous aimez Internet et le contact avec la clientèle ? Cette offre de Pôle Emploi est faite pour vous : un CDI d'animateur ou

animatrice de tchats de SEXE par webcam. Pôle emploi et le recruteur, la société Animtel, ne voient pas ce que l'annonce peut bien avoir d'étonnant.

En lire plus


"Travailleurs avec ou sans emploi, même combat !"

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Articles divers
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 10:52
Le Lundi 22 mars 2010

arton1874.jpg


"N’entrez pas, appelez la police"

Juste quelques mots, sur une feuille placardée sur la porte du Pôle emploi de Saint Quentin, dans l’Aisne. Jacques s’est pendu dans son bureau, après le départ de ses collègues. Qui le retrouveront le lendemain matin, à 8 heures

"Nos services sont actuellement indisponibles du fait d’une forte sollicitation." En 2010, un million de chômeurs arriveront en fin de droits. Pendant ce temps, Christian Charpy, directeur général du Pôle emploi, annonce 500 000 personnes radiées.
Un reportage de Pascale Pascariello


Pôle emploi - L’avenir radié II

 Le mercredi 24 Mars 2010

 

arton1884.jpg


"Soit on respecte le code du Pôle emploi.

Soit on respecte le demandeur d’emploi"

Six millions de personnes, en un an, ont eu affaire au Pôle emploi. Six millions de personnes ont été confrontées au chômage. Six millions de personnes qui sont passées dans ces bureaux, ont attendu au bout du fil du 3649.
Six millions de personnes destabilisées, humiliées, fragilisées.
Six millions de personnes qui finissent parfois, peut-être, par se dire "Après tout, c’est peut-être bien de ma faute ?"

Un reportage de Pascale Pascariello
Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Articles divers
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 10:23

Dispositif d'Accès à la Mobilité Immédiate pour l'Emploi en Région Rurale.

Vous trouverez dans ce site

- des informations sur Damier, ses outils et la mobilité en général
- une base de données des moyens de mobilité en Luxembourg par localité ou en fonction d'un trajet donné.

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Articles divers
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 12:27

Les mots du travail, le travail des mots (docu)

Trois séquences où la langue de bois associée au monde du travail et du non-travail, où cette langue qui nous mange insidieusement, cette langue qui nous tue le sens, cette langue « management », techniciste, militaire, porteuse de vide, cette langue qu'on dit « de bois », « de coton » est observée à la loupe pour que nous puissions ensuite nous la réapproprier et, peut-être, la pervertir à notre tour.

 Avec Dominique Rongvaux dans les extraits de son spectacle "Eloge de l'oisiveté" / Vincent de Raeve, auteur de « Carnets d'un garde chasse » paru dans la collection Je et « accompagnateur » des chômeurs à la FGTB / Nicole Caligaris, auteur de « l'os du doute » paru aux éditions Verticales / Julien Prévieux, auteur des « Lettres de non motivation » / François Grosjean, directeur du Théâtre du Grand Parquet à Paris / Franck Lepage, auteur de « L'éducation populaire, Monsieur, ils n'en ont pas voulu » paru aux éditions du Cerisier, animateur d'ateliers de désintoxication des mots et «conférencier gesticuleur », Jean-Claude Feite du CAGL, et Daniel Vanmulder, Fabienne Poncin, Daniel Draguet; Thierry Lusson, Sébastien Van Halle, Esther Weyders, Hayet Hadji qui ont partagé avec nous leur expérience de chômeurs.

Avec des extraits de "L'os du doute" de Nicole Caligaris, dans une adaptation de France Joly et de Jean couturier (France Culture).

 

Réalisation : Christine Van-Acker

Mixage : Thierry Van Roy

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Témoignages divers
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 11:00

    " Travailleurs avec ou sans emploi, même combat ! "

 

P.S: Pour une meilleure visibilité, cliquez sur la vidéo après l'avoir lancée...

 

 

Georgen Pascal

T.S.E. Luxembourg

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Actions T.S.E
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 20:17

Cherchez pas y'a rien...

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Communiqués de presse
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 20:08

A l’heure où se tient le débat sur l’accompagnement et le contrôle de la disponibilité des chômeurs, on doit bien constater l’absence de volonté de refonte du système de contrôle pour laisser place à des modifications à la marge. La FGTB tient à rappeler ses positions et les raisons pour lesquelles elle ne peut être satisfaite des orientations prises par la ministre de l’Emploi en la matière.

Pour la FGTB, les problèmes majeurs de ce qui se trouve sur la table du gouvernement aujourd’hui sont que :

- les tentatives de réponses sont défensives: elles s’inscrivent dans une logique de petits pas qui ne prend pas suffisamment en compte la véritable finalité de toute politique d’Emploi digne de ce nom : le maintien et la création d’emplois durables et de qualité dans les activités économiques existantes ou dans de nouvelles filières d’avenir (dans le cadre d’un Plan de relance offensif au niveau national et européen) ;
-les propositions en discussion ne prennent pas suffisamment en compte le contexte socio-économique auquel sont confrontés les travailleurs : chaque jour, 350 emplois passent à la trappe. Ce sont autant de travailleurs condamnés à aller gonfler les rangs du chômage. Ils ne l’ont pourtant pas décidé.
Et l’on n’enraye pas les sanctions ! Pour rappel, dans le cadre de la disponibilité en 2009, 14.415 suspensions ou exclusions ont été notifiées et 3.272 allocations ont été réduites pour les neuf premiers mois de l’année, ce qui correspond à 17.687 sanctions (contre 10.948 suspensions ou exclusions pour l’ensemble de 2008).

Ainsi, la FGTB déplore:

  • que l’on n’ait pas cru bon d’instaurer un moratoire du contrôle de disponibilité puisque les travailleurs qui ont été licenciés ou qui sont sans emploi sont, pour la grande majorité d’entre eux, confrontés à l’absence d’emploi (32 demandeurs d’emploi (voire plus) pour une offre d’emploi dans certaines sous régions) ;
  • que l’on ne souhaite manifestement pas mettre le holà au harcèlement administratif dont sont victimes les travailleurs sans emploi. Un accompagnement individualisé au niveau régional devrait en effet pouvoir libérer le chômeur d’un contrôle supplémentaire au niveau fédéral ;
  • que l’ONEM doive encore intervenir quand le demandeur d’emploi a fait l’objet d’un rapport positif de la part du conseiller emploi (FOREM, ACTIRIS, VDAB) ;
  • que les +50 ans continuent à faire l’objet des procédures mises en place…Va-t-on vraiment aller demander à un travailleur qui serait licencié de chez Carrefour et qui a plus de 50 ans pourquoi il ne retrouve pas de travail ?

Certaines propositions en discussions sont en demi-teinte mais constituent néanmoins un allègement des dispositifs pour les demandeurs d’emploi. On pense en particulier:

  • à l’accompagnement adapté pour les demandeurs d’emploi « éloignés du travail ». Cependant, le problème reste entier et la clarté n’est pas faite sur ce que l’on entend par « éloigné de l’emploi » ;
  • au traitement identique des travailleurs à temps-partiels, réclamé par la FGTB ;
  • à la fin du carrousel de contrôle après le troisième entretien positif, tel que demandé par la FGTB ;
  • à la dispense de contrôle pour tout demandeur d’emploi qui a entamé une formation.


Pour la FGTB, force est de constater que la procédure de contrôle de disponibilité n’a pas atteint les objectifs escomptés (remise à l’emploi d’un maximum de chômeurs), a fortiori aujourd’hui, en période de crise économique.

Etant donné le contexte économique et l'impossibilité d'offrir des emplois en nombre suffisant aux demandeurs d'emploi, la FGTB continue à réclamer l’accompagnement accru des chômeurs ainsi qu’un moratoire du système de contrôle de disponibilité avant sa réforme en profondeur.

 

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Communiqués de presse
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 20:06
17.3.2010

Nouvelle proposition du gouvernement pour l’accompagnement et le suivi des chômeurs: un grand pas en avant!
La CSC a pris connaissance des nouvelles propositions du gouvernement fédéral qui visent à adapter la politique d’accompagnement et de suivi des chômeurs. Même si ces propositions ne répondent pas à tous les problèmes qui se posent aujourd’hui, la CSC les considère comme un grand pas en avant:

Elles sont conformes au consensus dégagé en 2008 entre partenaires sociaux au sein du Comité de gestion de l’ONEm 2008;
Elles ont été élaborées en commun par les fonctionnaires dirigeants de l’ONEm, du VDAB, du Forem et d’Actiris;
Elles tiennent compte des demandes des Régions, qui souhaitaient une autonomie accrue pour concrétiser les plans d’accompagnement, tout en maintenant l’application uniforme de la réglementation concernant le chômage dans tout le pays;
Elles répondent aux revendications de la CSC et des Régions, qui demandent un accompagnement et un suivi adaptés des travailleurs sans emploi qui sont éloignés du marché de l’emploi;
Et surtout, elles peuvent contribuer à rendre le suivi et l’accompagnement des chômeurs plus efficaces et plus personnalisés.
La CSC demande toutefois que la concertation se poursuive sur plusieurs points qui ne figurent pas pour le moment dans le texte du gouvernement:

Des sanctions plus humaines et harmonisées, en particulier pour les jeunes en fin de scolarité,
L’accès aux mesures pour l’emploi et aux ALE pour les chômeurs sanctionnés,
La dispense pour les personnes qui travaillent déjà à temps partiel.
La CSC reste d’avis que l’assurance-chômage est basée tant sur des droits que sur des devoirs. Sans devoirs, les droits seraient eux aussi remis en cause. La CSC demande cependant que toutes les institutions appliquent le cadre adapté en faisant preuve de l’humanité et de l’équité requises, compte tenu des lourdes conséquences de la crise financière sur le marché de l’emploi. Ce ne sont pas les chômeurs qui ont provoqué la crise financière.

Diana DE CROP, responsable des relations presse, 02.246.32.84.

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Communiqués de presse
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 11:07
Bruxelles, le 9 mars 2010



Pas d'accord au sein de la majorité sur la révision de la politique de chasse aux chômeurs

La majorité a choisi de ne pas choisir et poursuit sa politique inefficace et socialement catastrophique

Ce mardi 9 mars, une évaluation de la politique d'activation des chômeurs a été réalisée en commission « affaires sociales » de la Chambre. Malgré le désastre social provoqué, le gouvernement n'a pas réussi à s'accorder pour réformer cette politique.

Face aux nombreuses critiques, émanant notamment de plusieurs conseils communaux, et vu le contexte de crise actuel qui laisse émerger peu d'offres d'emploi, les partenaires de la majorité fédérale avaient enfin décidé de réagir en organisant aujourd'hui l'évaluation que nous demandons depuis longtemps. Cette évaluation n'a débouché sur aucune mesure corrective, légitiment espérée, faute d'accord au sein du gouvernement.

La politique d'activation des chômeurs a été mise en place par la majorité violette en 2004. Cette politique a rapidement transformé l'accompagnement des demandeurs d'emploi et la lutte, essentielle, contre le chômage et en une chasse éhontée, aboutissant à l'exclusion du chômage d'un grand nombre des demandeurs d'emploi et à une diminution artificielle des chiffres du chômage. Plusieurs points noirs du plan sont ainsi rapidement apparus :

- 1) Il apparait clairement que ce sont les plus faibles qui sont dans une très large majorité victimes de ces exclusions : les familles et isolés avec les qualifications les plus faibles, les personnes souffrant d'analphabétisme ou de problèmes sociaux et de santé importants. En somme, ces exclusions touchent les plus précarisés des précarisés.

- 2) Une série de sanctions apparaissent comme tout simplement surréalistes. Citons ainsi à titre d'exemple :

· les demandeurs d'emploi qui sont exclus parce qu'ils ne seprésentent pas pour une place pour laquelle ils ne sont pas qualifiés,

· les personnes ne sachant ni lire ni écrire, ne possédant ni cv ni lettre de motivation qui sont pourtant obligées de répondre à 3 offres d'emploi par mois sans que ne leur soit proposé de réaliser un CV et une lettre de motivation avec l'aide du Forem, d'Actiris ou du VDAB,

· ...

- 3) Pour les facilitateurs de l'Onem, il manque de balises claires afin d'appliquer le plan d'activation. A côté de la législation unique, on trouve en effet des directives transversales, voire des notes de services qui peuvent profondément varier selon les différents bureaux de l'Onem. En conséquence de cela, apparaissent des différences inacceptables dans le traitement des demandeurs d'emploi. Sans remettre en cause la nécessaire prise en compte de la situation individuelle des demandeurs d'emploi ainsi que de la situation de l'emploi au sein des sous-régions, une clarification de divers points de la législation est urgente.

- 4) Malgré le budget très important qui lui est consacré, l'efficacité du plan d'activation des chômeurs, en termes de création d'emploi est par ailleurs discutable.

Une étude réalisée par la KUL et l'ULB montre que les sanctions, et en particulier les exclusions définitives prévues par le plan d'activation, poussent les personnes à se retirer du marché du travail et empêchent donc ces dernières de bénéficier des mesures de mise à l'emploi. Si on se focalise sur les cas d'exclusion définitive via le plan d'activation, il apparait que près d'un demandeur d'emploi sur deux disparait du marché du travail.

- 5) Une proportion importante de sanctionnés affluent directement vers les CPAS Dès lors, le nombre absolu de personnes qui ont demandé l'aide des CPAS a littéralement explosé ces derniers temps. En 2008, 2637 personnes ont du bénéficier du CPAS suite à une sanction de l'ONEM. Cela correspond à 7,2% du nombre total des bénéficiaires du revenu d'intégration en Wallonie. Dans ce cadre, la charge financière pesant sur les CPAS serait alors pour 2008 de plus de 18 millions d'euros. Le gouvernement semble prôner à cet égard la substitution d'une partie de sa politique de l'emploi par une politique d'aide sociale et d'assistance.

Pour Ecolo, il était urgent de prendre des mesures afin de mettre fin à cette politique de chasse aux chômeurs inefficace et socialement catastrophique tout en faisant du soutien à la recherche d'un emploi une priorité. Ecolo demande notamment un renforcement des moyens mis en place par les Régions pour un réel accompagnement personnalisé et des formations de qualité. Pour les écologistes, la recherche d'un emploi doit également être rendue gratuite.

Malgré l'urgence sociale, la majorité fédérale a choisi de ne pas choisir aujourd'hui. Sur un sujet aussi fondamental, ça en devient inquiétant.



Zoé Genot

Députée fédérale
Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Communiqués de presse
commenter cet article

Soutenu par

CEPlogo

 

Rechercher

Contacts


Administrateur Blog:

Damien

Responsable T.S.E. - FGTB:

Autres CRTSE en Wallonie

Verviers

Simon Darimont 

0496.50.07.88

  

Mons  

Cédric Devriese 

065.32.38.33.

  

Tournai :
Fabien Tanase

069.88.18.04
                  
Centre : 
       Christohe Morais-Rosa

 064.23.61.19
               
Liège-Huy-Waremme :
Sidi Katumwa
04.221.96.20

Charleroi :

Nadia Verley
071.64.12.91

Sud-Hainaut :
Eric Clemens
071.64.12.58

Mouscron :
Marie-Noëlle Gaillez
056.85.33.57

Namur :
Farnçoise Lejeune

0474.481.002

Nivelles :
khalid Gaa

0478.35.85.83