11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 10:01

Le mouvement des chômeurs, un miracle social*

 

 

 

 

 

Ce mouvement des chômeurs est un événement unique, extraordinaire.  Contrairement à ce qu’on nous ressasse à longueur de journaux écrits et parlés, cette exception française est quelque chose dont nous pouvons être fiers. Tous les travaux scientifiques ont en effet montré que le chômage détruit ceux qu’il frappe, qu’il anéantit leurs défenses et leurs dispositions subversives.  Si cette sorte de fatalité a pu être déjouée, c’est grâce au travail inlassable d’individus et d’associations qui ont encouragé, soutenu, organisé le mouvement. Et je ne puis m’empêcher de trouver extraordinaire que des responsables politiques de gauche et des syndicalistes dénoncent la manipulation (retrouvant le discours patronal des origines contre les syndicats naissants) là où ils devraient reconnaître les vertus du travail militant sans qui, on le sait bien, il n’y aurait jamais rien eu qui ressemble à un mouvement social.  Pour ma part, je tiens à dire mon admiration et ma gratitude – d’autant plus totales que leur entreprise m’est apparue souvent comme désespérée – pour tous ceux qui, dans les syndicats et les associations rassemblées au sein des Etats généraux pour le mouvement social, ont rendu possible ce qui constitue bien un miracle social dont on ne finira pas de si tôt de découvrir les vertus et les bienfaits.

 

La première conquête de ce mouvement est le mouvement lui-même, son existence même : il arrache les chômeurs et, avec eux, tous les travailleurs précaires, dont le nombre s’accroît chaque jour, à l’invisibilité, à l’isolement, au silence, bref à l’inexistence.  En réapparaissant au grand jour, les chômeurs ramènent à l’existence et à une certaine fierté tous les hommes et les femmes que, comme eux, le non-emploi renvoie d’ordinaire à l’oubli et à la honte.  Mais ils rappellent surtout qu’un des fondements de l’ordre économique et social est le chômage de masse et la menace qu’il fait peser sur tous ceux qui disposent encore d’un travail.  Loin d’être enfermés dans un mouvement égoïste, ils disent que, même s’il y a sans doute chômeur et chômeur, les différences entre les RMIstes, les chômeurs en fin de droit ou en allocation spécifique de solidarité ne sont pas radicalement différentes de celles qui séparent les chômeurs de tous les travailleurs précaires.  Réalité fondamentale que l’on risque d’oublier et de faire oublier, en mettant l’accent exclusivement sur des revendications « catégorielles » (si l’on peut dire !) des chômeurs, propres à les séparer des travailleurs, et en particulier des plus précaires d’entre eux, qui peuvent se sentir oubliés.

 

De plus, le chômage et le chômeur hantent le travail et le travailleur.  Temporaires vacataires, supplétifs, intermittents, détenteurs de contrats à durée déterminée, intérimaires de l’industrie, du commerce, de l’éducation, du théâtre ou du cinéma, même si d’immenses différences peuvent les séparer des chômeurs et aussi entre eux, vivent dans la peur du chômage et, bien souvent, sous la menace du chantage qu’il permet d’exercer sur eux.  La précarité rend possibles de nouvelles stratégies de domination et d’exploitation, fondées sur le chantage au licenciement, qui s’exerce aujourd’hui sur toute la hiérarchie, dans les entreprises privées et même publiques, et qui fait peser sur l’ensemble du monde du travail, et tout spécialement dans les entreprises de production culturelle, une censure écrasante, interdisant la mobilisation et la revendication.

 

La dégradation généralisée des conditions de travail est rendue possible ou même favorisée par le chômage et c’est parce qu’ils le savent confusément que tant de Français se sentent et se disent solidaires d’une lutte comme celle des chômeurs.  C’est pourquoi on peut dire, sans jouer avec les mots, que la mobilisation de ceux dont l’existence constitue sans doute le facteur principale de la démobilisation est le plus extraordinaire encouragement à la mobilisation, à la rupture avec le fatalisme politique.

 

Le mouvement des chômeurs français constitue aussi un appel à tous les chômeurs et travailleurs précaires de toute l’Europe : une idée subversive nouvelle est apparue, et elle peut devenir un instrument de lutte dont chaque mouvement national peut s’emparer.  Les chômeurs rappellent à tous les travailleurs qu’ils ont partie liée avec les chômeurs ; que les chômeurs dont l’existence pèse tant sur eux et sur leurs conditions de travail sont le produit d’une politique; qu’une mobilisation capable de surmonter les frontières qui séparent, au sein de chaque pays, les travailleurs et les non travailleurs et d’autre part celles qui séparent l’ensemble des travailleurs et des non travailleurs d’un même pays des travailleurs et non travailleurs des autres pays pourrait contrecarrer la politique qui fait que les non travailleurs peuvent condamner au silence et à la résignation ceux qui ont le « privilège » incertain d’avoir un travail plus ou moins précaire.

 

Paris, janvier 1998

 

Dans : Pierre Bourdieu, « Contre-feux », éd. Liber, Raisons d'agir

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Articles divers
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 17:13
gif-action.gif

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Actions T.S.E
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 14:00

 


Discours d'Olivier Vangoethem Président T.S.E Luxembourg "stop chasse aux chômeurs"...


 

Défilé et criée sous l'aile d'Yvon François de la "troupe Alvéole"... 


Vente d'une gardienne O.N.E. bien souçieuse...



 



Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Actions T.S.E
commenter cet article
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 10:00

« Jusqu’à ce qu’un être se soit engagé, il y a de l’hésitation, la possibilité de se retirer, toujours de l’inefficacité concernant tous les actes d’initiation et de création.

Il y a une vérité élémentaire dont l’ignorance tue les idées innombrables et les plans splendides : au moment où un être s’engage définitivement, la providence bouge aussi.  Toutes sortes de choses arrivent pour aider qui, autrement, ne se seraient jamais produites.  Tout un courant d’évènements issus de cette décision s’élève en sa faveur sous la forme d’incidents fortuits, de rencontres, d’assistance supra-sensible qu’aucun homme n’aurait pu rêver trouver sur sa route.

Quoi que vous puissiez faire ou rêver, commencez-le.  L’audace contient du génie, de la puissance, de la magie.  Commencez-le, maintenant ».

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Articles divers
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 10:00

dessin 3

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Humours - Gags...
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 00:00

800px-PS_Belgique_svg.png

Moratoire sur le dispositif de contrôle de la disponibilité des chômeurs –

Le PS Luxembourgeois se rallie à la FGTB

 

 

Le Comité Fédéral du PS Luxembourgeois, réuni ce lundi 7 décembre 2009 a décidé de soutenir l’initiative portée par la FGTB wallonne relative à la politique d’accompagnement des chômeurs en Wallonie.

 

En effet, la FGTB lance actuellement une campagne visant à l’application d’un moratoire par le Gouvernement Fédéral sur la mesure de contrôle de la disponibilité des chômeurs, lancée en 2004, qu’elle estime inadaptée au marché de l’emploi actuel.

 

Le PS Luxembourgeois tient à se joindre à cette action portée par le syndicat socialiste.

 

Il rappelle son attachement à une politique d’accompagnement des chômeurs justement réfléchie et qui ne s’apparente pas à une « chasse à l’homme » aussi improductive qu’irrespectueuse envers l’écrasante majorité d’entre eux, en instabilité voire parfois en détresse sociale…

 

Malgré des indicateurs économiques de relance, la crise financière mondiale qui touche notre pays et notre province n’a malheureusement pas terminé de faire des dégâts, notamment en matière d’emploi.

 

En cette période troublée, il nous semble fondamental de se battre pour une politique sociale juste, équitable, et qui tient compte de la réalité des difficultés sur le terrain et de la vie quotidienne.

 

Les prochaines semaines verront donc un soutien marqué de nombreux mandataires socialistes Luxembourgeois pour cette motion.

 

 

  Sébastian PIRLOT                                Philippe COURARD

    Secrétaire Fédéral                                         Président Fédéral

 

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Communiqués de presse
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 00:00

 

La chasse au chômage ou la chasse aux chômeurs ?

 

On vous dit « Contrat ». Comprenez sanction. On vous dit « Facilitateur ». Comprenez contrôleur. On vous dit « Activation du comportement de recherche d’emploi ». Comprenez chasse aux chômeurs.

La novlangue est à l’œuvre et elle masque la réalité. C’est vrai qu’on essaie de cacher le chômage, les réalités quotidiennes des personnes qui le vivent, la manière dont on les prend pour cibles.


Thierry : l’ONEm lui reproche d’avoir répondu à des offres d’emploi uniquement, au lieu des candidatures spontanées stipulées dans le contrat. Bien que le nombre soit respecté il se voit sanctionné de 4 mois d’allocations.

Alain  a réalisé près de 60 candidatures sur la période évaluée (12 mois). L’ONEm estime les démarches insuffisantes et ‘non-diversifiées’. Il est contraint de signer un premier contrat.

Juliette vit seule avec 14 enfants. L’ONEm l’a exclue définitivement des allocations de chômage car elle avait fait des candidatures spontanées à la place des réponses à offres exigées dans le second contrat. Madame avait réalisé plus de démarches que celles imposées par l’ONEm.

Myriam  vit seule avec un enfant gravement handicapé fréquentant l’enseignement spécialisé. Elle n’a pas de possibilité de garde pendant les vacances scolaires. L’ONEm n’en tient pas compte, la situation  conduit à son  exclusion.

Pierre  présente un certificat médical émanant du CHA et attestant d’un QI de 60. Il a obtenu une reconnaissance d’incapacité de 0 % par un médecin agréé par l’ONEM, ce dernier se retranchant derrière le fait qu’il  souffre d’une maladie congénitale. Pierre a été sanctionné.

Jérôme a de gros problèmes de toxicomanie et semble, lors de l’évaluation de son deuxième contrat être dans une dynamique de resocialisation. Il se fait exclure définitivement du chômage car les démarches de recherche d’emploi sont trop tardives aux yeux de l’ONEm.

Suite à l’incendie de son habitation, Ludovic se voit exclure car il n’a pas de preuves papiers de ses recherches d’emploi. Il  présentait une attestation des pompiers stipulant le sinistre total de son habitation.


 

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Articles T.S.E.
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 10:00

Les travailleurs sans emploi ont une menace continuelle de sanction au dessus de leur tête. Etre sanctionné, c’est perdre tout ou partie de ses allocations de chômage. Sans ressource, comment répondre aux exigences de plus en plus pressantes de l’ONEm ?

Ce ne sont là que quelques exemples de la chasse en cours. Il y en a tant d’autres qui montrent comment on cerne le chômeur, comment on le prend pour cible, comment on le met hors jeu.

La FGTB s’est toujours prononcée pour un accompagnement de qualité des travailleurs sans emploi. Mais le contrôle de la disponibilité des chômeurs, tel qu’il est mis en place depuis 2004, est un processus d’exclusion. Les plus démunis, les moins qualifiés, les plus précarisés en sont les premières cibles et victimes.


La chasse aux chômeurs, c’est toujours plus de sanctions : perte totale ou partielle des allocations de chômage, 14 515 en 2007 et 25 375 en 2008.  Différence : + 10 260

C’est toujours plus d’exclusions : perte définitive des allocations de chômage, 2 562 en 2007, 4 523 en 2008. Différence : + 1 961

C’est aussi des exclusions litige : 10 000 semaines d’exclusions prononcées par l’ONEm en 2008.

C’est également  un important coût pour le budget des communes dont les CPAS doivent prendre en charge une partie des personnes exclues par l’ONEm.

C’est enfin une pression forte sur les travailleurs qui se voient contraints, par peur accrue du chômage, d’accepter des conditions de travail à la baisse, des salaires minimes et des contrats de travail dérégulés : titres-services, temps partiel contraint, intérim, ALE …

 

 La FGTB Wallonne et la FGTB Luxembourg ont invité tous les CPAS et les conseils communaux à prendre position contre ces contrôles. Des actions sont prévues dans les semaines et les mois qui viennent dans toutes les régions pour attirer l’attention de la population, des médias et des politiques sur cette problématique.

 

Aujourd’hui en Belgique, on perd 350 emplois par jour. Si toutes les offres d’emploi disponibles étaient rencontrées, 3% des chômeurs retrouveraient un emploi.

Et en même temps, plus de 1 800 travailleurs sans emploi sont

convoqués chaque jour à l’ONEm …

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Articles T.S.E.
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 10:02

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Humours - Gags...
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 10:02



Journal Canal C

Vidéo T.S.E. partie 1
Vidéo T.S.E. partie 2


Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Actions T.S.E
commenter cet article

Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04