3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 08:46

L’émission de la RTBF « Mise au point » du 9 février 2014 avait pour objet les nouvelles mesures prises par le gouvernement en matière de chômage (dégressivité, exclusions, contrôles des jeunes). Les principaux partis wallons y étaient représentés, y compris le PTB. Etaient également présents 2 présidents de CPAS, portant la double casquette, des responsables du Forem et de l’ONEM, et un représentant de la FGTB. Celle-ci, par la publication de ses chiffres concernant les futurs exclus des allocations d’insertion au 1er janvier 2015, étant sans doute à l’origine de l’intérêt de la RTBF pour ce sujet.

Ces chiffres, contestés et amoindris par l’ONEM (27 000 au lieu de 50 000), représentèrent un premier motif de débat entre les deux protagonistes FGTB-ONEM. Mais au-delà de cette polémique, différentes lignes de force traversaient le débat. Notons d’abord qu’aucun participant de la majorité gouvernementale ne semblait vraiment revendiquer la paternité de ces mesures, ni les justifier véritablement (tout en prétendant le contraire). Un socialiste et une libérale se renvoyaient la balle, le premier accusant les libéraux d’avoir fait de la réforme en profondeur du système du chômage une exigence pour entrer au gouvernement à une période de crise institutionnelle, et rappelant que les allocations étaient des conquêtes sociales d’origine socialiste, la seconde rétorquant que les mesures de réforme du chômage avaient été menées par une ministre socialiste flamande, sous l’égide d’un premier ministre socialiste.

Autre ligne de force : l’opposition entre ceux qui soutenaient les nouvelles mesures et ceux qui les condamnaient. Parmi les premiers se rangent les représentant des partis participant au gouvernement (MR, CDH, PS) et celui de l’ONEM (cela étonnera t-il quelqu’un ?). Les seconds se recrutant parmi les membres de l’opposition (ECOLO, PTB) auxquels s’ajoutaient le représentant de la FGTB et, plus étonnant, la responsable du FOREM. Dernière ligne de force : le souci budgétaire des CPAS chargées d’accueillir les nouveaux exclus du chômage. L’animateur de l’émission, Olivier Maroy, redonnant ses lettres de noblesse au métier de journaliste, en intervenant de manière particulièrement efficace, objective et critique pour mettre un peu d’ordre dans cette cacophonie.

Reprenons un à un les arguments des uns et des autres, en commençant par citer un constat accablant et parlant de la responsable du FOREM : « Il n’y a pas de gain budgétaire pour l’état mais un coût social voire sociétal ». Les arguments des « pour » se résumaient pour l’essentiel à dire que cela aurait pu être pire (exigence flamande de scission de la sécurité sociale lors des négociations pour la formation d’un gouvernement, souhait de la droite flamande de limiter la durée du chômage pour tout le monde, fait que les allocations d’insertion n’existent qu’en Belgique) et à insister sur les mesures d’accompagnement (plan Marshal en Wallonie, mesures pour favoriser l’emploi des jeunes, suivi individualisé, formation notamment en alternance ,stages, rôle des PME…). A quoi les opposants eurent beau jeu de répliquer. Le représentant du PTB se montra particulièrement pertinent en diagnostiquant une « gauche de résignation » et en précisant « si le problème en Belgique ce sont les idées du libéralisme, on ne s’en sortira pas en copiant ces idées ». Quant aux propositions de formation, souligna le président écolo du CPAS de Namur, elles foisonnent au point d’amener les gens à tourner en rond. Le problème essentiel étant qu’il n’y a pas assez de débouchés, c’est-à-dire d’emplois. Les limitations dans le temps du chômage ne favorisaient pas le fait de trouver un emploi et pénalisent les plus faibles. Le représentant de la FGTB insista sur le fait que les nouvelles mesures stigmatisaient particulièrement les chômeurs wallons.

Fut évoqué également le système de compensation budgétaire au niveau fédéral en faveur des CPAS pour leur permettre d’accueillir les nouveaux exclus du chômage. Simple transfert de fonds ? Quel en est l’intérêt ? D’autant plus que cette promesse ne convainquit pas le directeur de CPAS de Namur qui émit la crainte que les CPAS, sous la contrainte budgétaire, ne soient contraintes de renoncer à d’autres missions sociales. Quant au contrôle des jeunes après 7mois -nouvelle mesure également-s’il enthousiasmait la représentante CDH qui célébrait le « coaching personnalisé » ne cessant de citer sa région bruxelloise en exemple, il provoqua la réaction outrée du représentant du PTB qui parla de « génération sacrifiée » et d’introduction du modèle allemand de mini-jobs (ce qui pose la question de ce en quoi consiste un travail décent). A cela s’ajoute, le problème de surmenage du FOREM dont les accompagnateurs sont en charge chacun de plus de 200 personnes.

Comme s’ils avaient écouté cette émission, les plus hauts responsables du parti socialiste, à savoir Laurette Onkelinks et Paul Magnette, se sont engagés peu après, dans le cadre de la nouvelle campagne électorale, à revenir sur les mesures d’exclusion des allocations d’insertion, arguant du fait qu’elles leur avaient été imposées comme une exigence libérale dans un contexte de crise institutionnelle. La première a fait cette déclaration le jeudi 13 février sur la RTBF et le second à l’émission « Mise au point », dont il était l’invité, le 16 février 2014. Il s’agit là peut-être simplement de promesses électorales, et il ne faut donc pas relâcher la mobilisation, mais c’est un symptôme d’une prise de conscience idéologique importante.

A titre personnel, je voudrais émettre deux points de vue. D’une part, je me réjouis que le parti socialiste ait inscrit dans son programme électoral l’alignement du RIS sur le seul de pauvreté, comme l’a déclaré son représentant, président du CPAS de Charleroi, lors de cette même émission. D’autre part, je désapprouve la proposition du représentant du PTB de pousser les travailleurs âgés vers la prépension pour donner leur place aux jeunes. Il s’agit là pour moi d’un racisme anti-vieux.

Bernadette L. Membre de la CRTSE Luxembourg.

 

Revoir Mise au point du 9/2/2014 sur RTBF.be

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Témoignages divers
commenter cet article
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 09:07

Les Travailleurs Sans Emploi de la FGTB Luxembourg présentent leur bouquin ‘Chemin Faisant’ qui est paru aux éditions du Cerisier.

 

lu et approuvé
 
 

par Isabelle Meerhaeghe

Isabelle Meerhaeghe

Toutes les infos ici !

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Chemin faisant.
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 08:43

http://ds1.ds.static.rtbf.be/epg/program/896b2aee3b169090bc5a.jpgChristine Van Acker nous propose quelques portraits choisis parmi les paysans respectueux de leur environnement, conscients du bel ouvrage, ne craignant pas la difficulté au quotidien ; ainsi : Ariane Charrière et Marc Galloy, à la ferme du Marronier à Watrinsart, Roland Deraeve à Verlaine (dans la province du Luxembourg), Pascal et Marie Moreau, à l'Ortie-Culture, à Stave (province de Namur).


Pour certains d'entre eux, la ferme est une transmission de patrimoine et/ou de savoir-faire. D'autres ont quitté la ville, ils ont fait le pas de s’initier, de se former, et de se lancer professionnellement dans l’élevage et l’agriculture biologique.

Christine Van Acker les écoute et les suit non seulement dans leur travail, mais aussi dans leur combat quotidien, dans leur militance : débats publics, foires agricoles alternatives, groupements d'achats, adhésion au MAP (mouvement agricole paysan), formateurs à l'EPI (école de paysannerie indépendante), ils témoignent.

Les producteurs locaux ont besoin de nous tous pour continuer à produire. Les réseaux se créent, paniers de légumes, marchés fermiers remportent de plus en plus de succès. Grâce à eux, les paysans savent à l’avance ce qui est déjà vendu. Ils peuvent se permettre de ne pas travailler à perte et d’investir.

En Wallonie, ce sont trois fermes qui disparaissent chaque jour (une toutes les trois minutes en Europe). Survivent les fermes qui s’agrandissent encore et encore, au prix d’endettements monstrueux.

En Wallonie, un pour cent de la population produit de la nourriture pour les nonante-neuf autres !

 

Article: Lapremiere.be

 


 

A noter que la troupe de "Nourrir l'humanité c'est un métier", compagnie Arts et Tça, se produit du 4 au 15 février au Théâtre National à Bruxelles :

http://www.theatrenational.be/fr/program/433/NOURRIR-LHUMANITE-brCEST-UN-METIERbrTHEMA1

 


 

Le projet radiophonique à été réalisés par:

 

Les Grands Lunaires

Repost 0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 13:02

La FGTB a réalisé une étude commune par commune du nombre de demandeurs d’emploi qui seront exclus dès janvier 2015.

 

http://www.lesoir.be/sites/default/files/imagecache/475x317/2014/02/05/1765704153_B971947690Z.1_20140205100120_000_G6P1T1MUT.1-0.jpg

 

En novembre dernier, la FGTB a évalué à 55.000 chômeurs, dont 35.000 Wallons qui seraient exclus du système dès janvier 2015. L’indemnité versée à ceux qui n’ont pas encore suffisamment travaillé pour avoir droit à des allocations de chômage a en effet été limitée dans le temps par le gouvernement Di Rupo. Une mesure prise vendredi a légèrement adouci les choses pour une petite partie d’entre eux.

La FGTB a peaufiné ses calculs et a réalisé une étude commune par commune du nombre de demandeurs d’emploi qui seront exclus. Ils seront encore 50.000 pour tout le pays, dont 32.105 rien que pour la Wallonie, révèle Sudpresse qui publie une carte commune par commune.

 

Bodson veut attirer l’attention des bourgmestres et CPAS

L’exclusion des chômeurs, « c’est une véritable bombe sociale puisqu’il y aura près de 55.000 chômeurs exclus pour l’ensemble du pays. 32 à 33.000 pour la Wallonie et tout cela sur une période de deux, trois mois c’est-à-dire début de l’année 2015 » a commenté sur Bel RTL, Thierry Bodson, le secrétaire général de la FGTB qui a décidé d’écrire à tous les bourgmestres et présidents du CPAS de l’ensemble des 262 communes du sud du pays.

« L’idée c’est de dire aux bourgmestres et aux présidents de CPAS, maintenant vous ne pourrez plus dire je ne savais pas. Vous connaissez vos chiffres et vous savez quel va être l’impact sur vos CPAS »., a commenté Thierry Bodson qui voudrait que les communes réagissent en mettant la pression sur leurs partis politiques afin que la mesure soit supprimée.

Charleroi, Liège et La Louvière sont les communes les plus touchées mais les petites communes seront aussi extrêmement touchées a mis a garde le secrétaire de la FGTB.

 

 

 

Sur le même sujet

Quelque 55.000 chômeurs seraient exclus de leurs droits à partir de 2015

 

Article: Le Soir.be

Repost 0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 13:34

http://www.fgtb-luxembourg.be/local/cache-vignettes/L107xH150/arton286-151fd.jpgLa FGTB Luxembourg, Alvéole Théâtre, Casta et le CEPPST vous présentent :

« La valse à militants »

une création théâtrale d’Alvéole Théâtre , de CASTA et de militants FGTB Luxembourg.

Au programme :

18h00 : Accueil

18h30 : Début de la représentation

19h30 : Echange avec la salle

20h00 : La rentrée syndicale par Anne DEMELENNE, Secrétaire Générale de la FGTB - Débat avec les militants

21h00 : Verre de la nouvelle année

Jeudi 30 janvier à 18h - 13, Rue Fonteny Maroy 6800 Libramont Entrée libre et gratuite.

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Communiqués de presse
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 09:03

Le 1er janvier 2015, une première série de dizaines de milliers de salariés se verront exclus des prestations sociales chômage suite à la réduction à trois ans de l’allocation d’attente, devenue allocation d’insertion.

Cette mesure est une absurdité économique. Les montants en jeu sont ridicules : le millième du budget de l’Etat. C'est comme si une personne retirait le prix d'un café par mois (1,9 €) de ses revenus de 1.900 € pour rembourser une dette de 45.000 €.

Cette mesure n’a aucun effet significatif sur le chômage lui-même.

Cette mesure est vexatoire envers un public fragilisé en période de crise économique et de chômage de masse.

Cette mesure est clairement une nouvelle attaque contre la sécurité sociale des travailleurs salariés, contre le régime salarié et contre notre modèle social.

Exclure les chômeurs du régime salarié et les pousser à s’adresser au CPAS en sombrant dans la misère, transférer le prétendu coût des chômeurs vers les caisses de l’Etat, faire assumer aux contribuables et aux citoyens la responsabilité des entreprises: c’est cette politique que le gouvernement met en œuvre par cette mesure.

Elle produira un effondrement du pouvoir d’achat des plus faibles au détriment de l’économie belge, au profit des employeurs, de leurs actionnaires et de la spéculation. Les plus faibles paieront les pots cassés par les spéculateurs responsables de la crise.

Nous refusons la logique qui préside à cette mesure : considérer une partie de nos concitoyens comme des nuisibles, comme des coûts pour la société est inacceptable. Tous nos concitoyens font pleinement partie de la société. Ce sont eux tous qui font l’économie.

Nous exigeons du gouvernement belge qu'il revienne sur les décisions prises par le Comité de gestion de l’ONEm et abroge l’article 63§2.

Nous exigeons le rétablissement du droit de tous les salariés à des prestations chômage.

Nous exigeons que cesse le harcèlement institutionnel contre les populations fragilisées par les licenciements.

Nous réclamons une revalorisation des cotisations et des prestations sociales parce qu’elles sont le cœur de notre développement et de notre modèle économique, l’antidote contre la barbarie spéculative et une stratégie de relance économique permanente et efficace.

 

Réforme chômage: abrogation de l'article 63§2

 

Article: La Pétition.be

Repost 0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 08:41

Avec Yves Martens-Honoré,

de la céllule "Stop Chasse Aux Chomeurs"

PLATE-FORME CONTRE LE PLAN DE CHASSE AUX CHOMEURS ET POUR LA CREATION DE VRAIS EMPLOIS POUR TOUS

L'Envers de l'info + 100 ans de radio 13/01/2014 sur RTBF radio "la Première"

 

 


 

Contrôles des chômeurs: les chiffres qui font mal

Lire l'article et voirs les graphiques sur l'avenir.net

 

http://1.lavenircdn.net/Assets/Images_Upload/Actu24/2013/11/12/ch%C3%B4meur.jpg.h170.jpgLes évaluations de l’ONEM sont négatives à près de 50% au premier entretien. Et depuis quelques années, les sanctions s’amoncellent.

Dès février 2014, l’Onem convoquera les premiers demandeurs d’emploi inscrits en stage d’insertion professionnelle. Les nouveaux, les plus jeunes… Ils seront évalués au 7e mois de leur stage (février pour ceux qui sont allocataires depuis le 1er août 2013). Mais les évaluations de l’ONEM concernent toutes les catégories de demandeurs d’emploi. Certains s’y sont déjà frottés plusieurs fois (témoignage).

Pendant le premier semestre 2013, l’ONEM a ainsi évalué 62 626 demandeurs d’emploi. Au premier entretien, si l’évaluation est positive, le demandeur d’emploi ne sera plus convoqué avant 16 mois pour un nouveau contrôle. Par contre, si la 1re évaluation est négative, un 2e et un 3e entretiens sont prévus. Avec certaines contraintes et engagements bétonnés sous forme de contrat.

1. Premier entretien: 48% d’évaluation négative

Selon les chiffres livrés en décembre par la ministre de l’Emploi, 62 626 demandeurs d’emploi ont été entendus par l’ONEM au 1er semestre 2013. On relève 8 982 sanctions (soit 14,30% par rapport au total des évaluations). Avec un nombre impressionnant d’évaluations négatives: 48% au 1er entretien, 37% au 2e et 47% au 3e.

2. Les sanctions Quand sont-elles enclenchées?

Tout d’abord quand, sans raison valable, vous ne vous présentez pas à un entretien. Ensuite quand vous refusez de signer le contrat écrit proposé à l’issue du 1er ou du 2e entretien. Et enfin à l’issue du 2e ou du 3e entretien, quand il apparaît que vous n’avez pas respecté votre engagement. Les sanctions prévues vont de la suspension de 2 ou 4 mois des allocations (avec ou sans rétroactivité), à la réduction du revenu d’intégration ou à la suspension totale.

3. Un boom en quelques années

Les sanctions, concrètement, conduisent les demandeurs d’emploi au CPAS, même pour une suspension provisoire. En 2013, la Fédération des CPAS de l’Union des Villes et Communes de Wallonie constatait que, en 7 ans, et sur base des chiffres complets de 2012, la croissance du nombre d’exclus de l’ONEM était de 1 469%; 12 227 dossiers rien qu’en 2012. La prochaine dégressivité des allocations de chômage ne va certainement pas améliorer la situation.

 

 

 

Article: L'avenir.net

Repost 0
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 15:42

Voilà une info passée inaperçue mais qu'un membre d'Actuchomage a relevée sur le Web. Pôle Emploi a maintenant accès au fichier des comptes bancaires (Ficoba).

Un arrêté du 17 octobre dernier, publié ce matin au Journal Officiel, ajoute Pôle Emploi à la liste des organismes autorisés à interroger les informations contenues dans le Fichier national des comptes bancaires et assimilés (Ficoba), qui recense l’ensemble des comptes bancaires ouverts en France, et leurs titulaires.

Précision de CBanque.com : "L'article L152 du Livre des procédures fiscales autorise notamment Pôle Emploi à exercer ce droit pour apprécier les conditions d'ouverture et de maintien de droits pour un demandeur d’emploi, pour calculer les indemnités auxquelles il peut prétendre ou encore pour obtenir le recouvrement de prestations indûment versées".

 

Article: Actuchomage.org

Repost 0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 09:07

Il s'appelle Apostolos et c'était un petit commerçant grec sans histoire. Jusqu'au jour où, n'y tenant plus, il choisit de tenter de se suicider de manière spectaculaire pour crier sa détresse au monde entier. Il s'immole par le feu devant sa banque de Thessalonique. Il survivra, mais pourquoi ce geste insensé ? Pour protester contre des conditions de vie devenues « inacceptables ». Son acte est loin d'être isolé. Des dizaines de citoyens en Espagne, en Italie, en Grèce et surtout en France, devenus martyrs de la crise, ont choisi l'immolation par le feu pour dénoncer la brutalité de leur quotidien.

 

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Articles divers
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 14:19

Les Travailleurs Sans Emploi de la FGTB Luxembourg présentent leur bouquin ‘Chemin Faisant’ qui est paru aux éditions du Cerisier.

 

lu et approuvé
 
 

par Philippe DEFEYT !

Philippe DEFEYT

Toutes les infos ici !

Repost 0
Published by T.S.E Luxembourg - dans Chemin faisant.
commenter cet article

Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04