12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 08:43

http://ds1.ds.static.rtbf.be/epg/program/896b2aee3b169090bc5a.jpgChristine Van Acker nous propose quelques portraits choisis parmi les paysans respectueux de leur environnement, conscients du bel ouvrage, ne craignant pas la difficulté au quotidien ; ainsi : Ariane Charrière et Marc Galloy, à la ferme du Marronier à Watrinsart, Roland Deraeve à Verlaine (dans la province du Luxembourg), Pascal et Marie Moreau, à l'Ortie-Culture, à Stave (province de Namur).


Pour certains d'entre eux, la ferme est une transmission de patrimoine et/ou de savoir-faire. D'autres ont quitté la ville, ils ont fait le pas de s’initier, de se former, et de se lancer professionnellement dans l’élevage et l’agriculture biologique.

Christine Van Acker les écoute et les suit non seulement dans leur travail, mais aussi dans leur combat quotidien, dans leur militance : débats publics, foires agricoles alternatives, groupements d'achats, adhésion au MAP (mouvement agricole paysan), formateurs à l'EPI (école de paysannerie indépendante), ils témoignent.

Les producteurs locaux ont besoin de nous tous pour continuer à produire. Les réseaux se créent, paniers de légumes, marchés fermiers remportent de plus en plus de succès. Grâce à eux, les paysans savent à l’avance ce qui est déjà vendu. Ils peuvent se permettre de ne pas travailler à perte et d’investir.

En Wallonie, ce sont trois fermes qui disparaissent chaque jour (une toutes les trois minutes en Europe). Survivent les fermes qui s’agrandissent encore et encore, au prix d’endettements monstrueux.

En Wallonie, un pour cent de la population produit de la nourriture pour les nonante-neuf autres !

 

Article: Lapremiere.be

 


 

A noter que la troupe de "Nourrir l'humanité c'est un métier", compagnie Arts et Tça, se produit du 4 au 15 février au Théâtre National à Bruxelles :

http://www.theatrenational.be/fr/program/433/NOURRIR-LHUMANITE-brCEST-UN-METIERbrTHEMA1

 


 

Le projet radiophonique à été réalisés par:

 

Les Grands Lunaires

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 15:36

http://www.fgtb-luxembourg.be/local/cache-vignettes/L200xH150/arton156-53d74.jpgLe lundi 11 février 2013 la FGTB-Luxembourg recevait dans la Maison Syndicale à Arlon Eric Toussaint pour une conférence intitulée "A qui profite la dette ?".

Ce 21 février à la maison de la culture de Marche la FGTB-Luxembourg recevait Olivier Bonfond, auteur de "Et si on arrêtait de payer ?".

Ces deux évènements se situent dans une large campagne pour un audit de la dette belge, campagne initiée par la FGTB Wallonne, la FGTB Bruxelles, le CADTM et le CEPAG.

La FGTB Luxembourg, le CEPPST et l’antenne Luxembourgeoise du CADTM initient ainsi des comités Luxembourgeois pour un audit de la dette.

Intéressé(e) ? Retrouvez ici les infos et contacts.

Retrouvez également le site de la campagne : www.onveutsavoir.be

Vous n’avez pas pu faire partie des 65 personnes qui ont bravé le blizzard pour venir écouter Eric Toussaint ni des 50 personnes qui ont sorti leur pelle à neige pour entendre Olivier Bonfond ? Pas de soucis, nous avons filmé les conférences !

Nous vous souhaitons bonne vision de ces images ...

 

 

 

 

 

 

Article: fgtb-luxembourg.be

Repost 0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 15:07

 

"La belle verte", Coline Serreau

Repost 0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 14:33

Ministre du chômage et de la ségrégation sociale farcie

 

 

Ingrédients :

 

 

Une douzaine et demi de chômeurs.

 

Un paquet de restrictions budgétaires.

 

Un gros bouquet de mesures d'aides aux employeurs.

 

Une demi douzaine de vieilles recommandations rassies et rances du F.E.B. (Soyez vigilants ; les neuves ressemblent aux vieilles qui seules ont le goût de « reviens-y » recherché.)

 

Une Madame la Ministre du chômage et de la ségrégation sociale. ( A garder au frigo jusqu'au dernier moment ; car il est très difficile d'en trouver une fraîche sur le marché de  l'emploi)

  

Une olive entière.

 

C.D.D.,temps partiel, intérim, etc.

 

Avertissement :

Ce plat traditionnellement servi sans cervelle et sous une épaisse couche de colorants est particulièrement indigeste ; c'est pourquoi nous en proposons une version moderne allégée.

 

Mise en œuvre :

 

Rassemblez les mesures, les restrictions et les recommandations et divisez-les en 2 parts égales.

 

Au moyen d'une chaîne de préjugés liez la première partie en un gros bouquet dégarni.   Réservez.

 

Dans un grand ghetto faites un court-bouillon avec la seconde partie. (Dans le cas où l'alimentation en eau courante est interrompue pour raison de privatisation, vous pouvez utiliser les affaires courantes)

 

Plongez-y les chômeurs, faîtes-les suer et laissez réduire.

Écumez souvent la surface pour éliminer la fierté, l'indépendance, le respect de soi, l'originalité, la liberté ; en un mot, toutes les impuretés qui ne manqueront de flotter à la surface.

Régulièrement, sortez vos chômeurs et attendrissez-les, escalopez-les, aplatissez-les, harcelez-les, brisez-les, martyrisez-les, frappez-les fermement avec le bouquet et la chaîne que vous avez réservés dans ce but. (Cette opération est quelquefois jugée pénible par le néophyte ; si vous êtes dans ce cas, recourrez aux excellents services de la Société de Personnes à Irresponsabilité Illimitée ' Lonem M'arcel '.) L'auteur rappelle que les chômeurs ne sont pas des animaux et qu'en conséquence il n'y a rien à redouter des         associations de défense de ceux-ci.

 

Vos chômeurs sont à point lorsque vous les sentez prêts à accepter  tout et n'importe quoi.

Dès lors vous en sélectionnez un arbitrairement et vous excluez les dix-sept autres du processus. (L'auteur conseille de respecter les prescriptions de recyclage des déchets ou de recourir à l'incinération. N.B. : dans les nations totalitaires il est coutumier de les offrir à la vindicte populaire. Nous ne saurions souscrire à cette coutume mais reconnaissons à chacun le droit d'agir selon ses convictions.)

 

Si nécessaire, lardez votre sélection avec un CDD, un intérim, un emploi précaire, ou même un emploi à temps partiel pour éliminer le reste d'espoir qui pourrait lui permettre d'encore se tenir. Mais prudence, agissez avec parcimonie, cette opération facultative grève   sérieusement le budget de la recette.

 

Votre chômeur est prêt et accepte de baisser son pantalon, croyant signer un contrat de   travail. Vous le farcissez avec l'olive.

Allez chercher votre ministre du chômage et de la ségrégation sociale, parez-la, honorez-la, et soumettez lui votre farce. A ce moment elle va émettre des bruits bizarres : « la situation est grave pourtant tout va bien et soyons positif et ça va aller encore mieux et la fois  prochaine elle veillera personnellement à ce qu'il en sorte non pas un mais un et demi de trois douzaines et que ce serra un progrès indéniable et que le demi de plus fournira du travail aux bûcherons et de la formation professionnelle aux chirurgiens débutants ».

N'en tenez pas compte, cela s'appelle un discours politique, et dans le cas présent résulte d'un processus naturel dû aux effets carminatifs de la préparation.

Vous extrayez l'olive et la réservez.

 

Dressage et service :

 

 

Dressez en plaçant Madame la Ministre du chômage et de la ségrégation sociale en évidence sur un plateau de radio ou de télévision complaisant, disposez le chômeur activé en faire-valoir.

Il est inutile de napper avec des statistiques fallacieuses, Madame la Ministre du chômage et de la ségrégation sociale rendra les siennes sous la salamandre des sunlights.

Servez à une délégation de l'O.M.C., du F.M.I., de l'O.C.D.E. ou éventuellement à un électorat de droite.

 

Vendez cher l'olive.

De nombreux gourmets sont prêts à se la partager pour sucer le noyau à tour de rôle en fin de mois.

 

Eribert

 

Repost 0

Soutenu par

 

Rechercher

Contacts

Administrateur Blog

Gaëtan

063 24 22 74

Responsable T.S.E.

FGTB - CEPPST

 

Autres CRTSE en Wallonie

Brabant Wallon

Khalid Gaa

067 64 60 06 - 0478 35 85 83

 

Centre

Christohe Morais-Rosa

064 23 61 19

 

Charleroi et Sud-Hainaut

Pippo Bordenga

071 64 13 03

 

Liège-Huy-Waremme

Agnès Ramaekers

04 221 96 20

 

Mons-Borinage

Cédric Devriese

065 32 38 33 - 0473 97 64 93

 

Namur

Françoise Lejeune

081 64 99 59 - 0474 48 10 02

 

Verviers

Simon Darimont

0496 50 07 88

 

Wallonie Picarde

Fabien Tanase

069 88 18 04